Formule 1

Robert Wickens révèle être paraplégique

Deux mois après son accident de Pocono

Recherche

Par Emmanuel Touzot

26 octobre 2018 - 14:30
Robert Wickens révèle être paraplégique

Les vidéos postées par Robert Wickens depuis quelques semaines laissaient espérer que ses blessures soient moins graves que ce que l’on craignait, et c’est pour cela, de l’aveu même du pilote, qu’il a tenu à expliquer qu’il est paraplégique suite à son accident de Pocono, lors de la course d’IndyCar qui s’y est tenue le 19 août.

En tout début de course, sa Dallara à moteur Honda avait décollé sur celle de Ryan Hunter-Reay pour aller s’écraser dans les grillages entourant le Pocono Raceway. Alors qu’on avait craint pendant quelques dizaines de minutes pour la vie du pilote, c’est la liste de ses blessures qui s’était révélée inquiétante, avec la notion de lésions à la moelle épinière.

Dans une vidéo récente, on voyait le Canadien bouger ses jambes seul et sans assistance, même si les mouvements étaient limités. Dans une autre, on le voyait faire du vélo de rééducation en position assise, ce qui laissait penser qu’il avait conservé l’usage de ses jambes. Malheureusement, il a révélé aujourd’hui une vidéo accompagnée d’un message où il en dit plus.

"J’ai fait mon premier transfert latéral en tant que paraplégique aujourd’hui" explique le pilote en référence à la vidéo. "Le haut de mon corps est de plus en plus fort et j’espère bientôt être capable de le faire sans assistance."

Dans la vidéo, on voit également Sam Schmidt, le patron de Wickens pour ce qui était sa première saison en IndyCar, devenu tétraplégique lors d’un accident en essais en 2000 en Indy Racing League. Schmidt s’est engagé à soutenir Wickens après son accident et a toujours assuré que si le Canadien pouvait revenir, sa voiture lui serait attribuée.

Wickens explique en détail l’idée de montrer cette vidéo : "J’ai seulement posté des vidéos de faibles mouvements de mes jambes, mais la réalité est que je suis très loin de pouvoir marcher tout seul. Certaines personnes sont un peu perdues quant à la sévérité de mes blessures, donc je voulais vous en faire connaître la sévérité."

Il termine toutefois sur une note d’optimisme, malgré la gravité de ses blessures : "Je n’ai jamais travaillé aussi dur pour quoi que ce soit dans ma vie, et je vais tout donner pour tenter de rallumer la flamme des nerfs dans mes jambes."

expand_less