Formule 1

Ricciardo revient sur sa première saison chez Red Bull

La seule avec Vettel, avant le départ de l’Allemand

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 janvier 2019 - 17:05
Ricciardo revient sur sa première (...)

Daniel Ricciardo (à gauche sur la photo) a rejoint Red Bull en 2014 après le départ de de Mark Webber, qu’il a remplacé aux côtés de Sebastian Vettel (à droite). Ricciardo a été le témoin de la dernière année de l’Allemand au sein de l’équipe, après avoir enchaîné quatre titres mondiaux entre 2010 et 2013.

Il dit ne pas se souvenir du fort lien entre Red Bull et Vettel, ayant été l’une des raisons des difficultés rencontrées par les deux parties. En revanche, il avait fait de l’Allemand son objectif principal.

"Je ne l’ai jamais vraiment vu car j’ai cassé ce qu’ils avaient" se souvient-il. "Je pense que la chose la plus importante pour moi cette année-là, c’est que j’ai réalisé ce dont je croyais être capable, et c’était la chose la plus gratifiante pour moi."

"Je n’avais jamais affronté Seb, mais je regardais ses caméras embarquées et des choses comme ça, et je savais qu’il était rapide et qu’il avait du talent, mais je me disais ’Je pense que je peux le faire, je crois vraiment que je peux faire ce qu’il fait’. Je n’ai donc pas été surpris quand j’ai pu le faire, mais c’était cool pour moi de me prouver ce que je croyais pouvoir faire."

Ricciardo garde un très bon souvenir de cette année-là en termes de relation avec Vettel : "Je pense que Seb s’en est très bien sorti cette année-là. Je suis sûr que derrière des portes closes, il montrait peut-être de la frustration, mais avec moi, que je gagne ou que je le dépasse comme à Monza et Bahreïn, il venait toujours me voir et me montrait du respect. Il me disait ’belle bataille, c’était rude mais propre’. Et ce, même si je suis sûr qu’il ne voulait pas que ça se passe comme ça."

"Donc je n’ai pas l’impression d’avoir brisé l’équipe, pour ainsi dire, je pense qu’il respectait juste le fait que j’apportais un peu de chaleur. Je pense que c’était aussi un signe qu’il était temps pour lui de passer à autre chose, et peut-être que j’étais le prochain gars à courir avec l’équipe."

expand_less