Formule 1

Raikkonen et ses années Ferrari : 2014, un retour difficile

Ce n’est toujours pas un conte de fées

Recherche

Par Olivier Ferret

31 décembre 2018 - 17:44
Raikkonen et ses années Ferrari : (...)

Après une pause en rallyes WRC et deux saisons chez Lotus F1 réussies en 2012 et 2013, Kimi Räikkönen fait son retour chez Ferrari, pour le plus grand bonheur de ses fans, lors de la saison 2014.

Cette première de l’ère hybride turbo ne sera pas simple pour Ferrari, le Finlandais et son équipier, le redouté Fernando Alonso. Mais les promesses sont là pour le champion 2007 qui vise un 2e titre avant de se retirer définitivement de la Formule 1

Lors du Grand Prix inaugural de 2014, en Australie, à Melbourne, Kimi Räikkönen se qualifie en onzième position ; le lendemain, bien qu’en délicatesse avec son système de freinage, il se classe septième du Grand Prix.

En Malaisie, il se qualifie à la sixième place quand son coéquipier est quatrième sur la grille de départ. En tout début de course, victime d’une touchette avec Kevin Magnussen qui crève son pneu arrière droit, il est relégué en fond de classement ; il remonte peu à peu au fil des tours et termine l’épreuve à la douzième place, à un tour du vainqueur.

Une semaine plus tard, lors du Grand Prix de Bahreïn, il bat pour la première fois de la saison son équipier Fernando Alonso en qualification ; il finit dixième de la course juste derrière Alonso. Après trois courses, il n’a inscrit que sept points et est douzième du championnat.

Pour le retour en Europe, lors du Grand Prix d’Espagne, Räikkönen s’élance de la troisième ligne, aux côtés de Romain Grosjean et termine septième de l’épreuve, à un tour du vainqueur Lewis Hamilton.

À Monaco, grâce à un bon départ, il se retrouve rapidement troisième mais est victime d’une crevaison après un contact avec Max Chilton qui le dédoublait sous régime de la voiture de sécurité ; hors des points, il réalise toutefois le meilleur tour en course en fin d’épreuve, mais est toujours douzième du championnat avec 17 points quand Alonso est troisième avec 61 points.

Ni l’escapade au Canada ni le retour du Grand Prix d’Autriche ne permettront à Räikkönen de progresser, car il ne peut faire mieux que dixième. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, il abandonne (pour l’unique fois de la saison) après une violente sortie de piste dans le premier tour de course ; l’impact a été mesuré à 47 g. Après s’être difficilement extrait de sa monoplace, il est évacué vers le centre médical du circuit où les médecins ne l’autorisent pas à participer aux essais de Silverstone qui se tiennent deux jours plus tard à cause de ses contusions aux genoux et aux chevilles.

Après les dix premiers Grands Prix, le bilan est terrible pour Kimi Räikkönen : il n’a pas fait mieux que septième en course quand Fernando Alonso accroche un podium et est un habitué du Top 6, il n’est entré que six fois dans les points (contre dix à Alonso) et ne cumule que 19 unités qui le classent douzième quand l’Espagnol est quatrième avec 97 points.

Lors du Grand Prix de Hongrie, avant la pause estivale, si Alonso accroche un nouveau podium et passe près de la victoire, Räikkönen progresse et termine sixième.

En Belgique, après la pause estivale, le Finlandais obtient son meilleur résultat de la saison en terminant quatrième et devance son équipier pour la première fois de la saison ; il devient le septième pilote à passer la barre des 1 000 points inscrits en Formule 1 et remonte à la dixième place du championnat. Ces deux bonnes performances ne seront, hélas pour lui, pas suivies, puisqu’il ne termine que neuvième en Italie (étant la seule Ferrari à l’arrivée), huitième à Singapour et douzième au Japon.

Au premier Grand Prix de Formule 1 de Russie, il franchit la ligne d’arrivée neuvième. Le weekend suivant au Grand Prix des États-Unis, il se classe à une anonyme treizième place. Au Brésil, parti dixième, il adopte une stratégie à deux arrêts (contre trois pour le reste du plateau) et lutte notamment contre Jenson Button et Fernando Alonso. Longtemps en mesure de se battre pour la quatrième place, un arrêt au stand manqué lui fait perdre six secondes et il termine septième de l’épreuve.

Lors du dernier Grand Prix, à Abu Dabi, il finit dixième juste derrière son coéquipier. Kimi Räikkönen se classe douzième du championnat avec 55 points, son pire classement depuis ses débuts avec Sauber en 2001. Fernando Alonso a marqué 161 points, presque le triple ! 2014 est également la première saison de Räikkönen sans victoire depuis 2006 ainsi que sa première saison sans podium depuis 2001.

Ferrari

expand_less