Formule 1

Quelles conclusions tirer des premiers essais privés ?

Dur à dire, mais des tendances émergent

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 février 2016 - 16:08
Quelles conclusions tirer des (...)

Après seulement quatre journées d’essais, la Formule 1 a déjà parcouru la moitié de sa pré-saison. Bien que le temps soit encore aux vérifications et au roulage, des tendances se dégagent déjà en vue du premier Grand Prix à Melbourne.

Les équipes n’ont pas de temps à perdre puisque les essais privés sont moins nombreux, et une journée passée en dehors de la piste est évidemment un vrai problème, comme ont pu en attester certaines structures.

Mercedes et Ferrari de nouveau en tête ?

La première chose qui ressort de ces essais et qui a frappé la concurrence est que Mercedes a encore produit une voiture fiable et constante. Les pilotes ont essayé d’atteindre les limites de la W07 mais c’est l’inverse qui s’est produit puisque Hamilton et Rosberg ont parcouru le total de 10 Grands Prix ! Exténués, ils étaient néanmoins très satisfaits de cette entrée en matière impressionnante. Sans avoir pour autant recherché la performance, Mercedes envoie un signal fort et il paraît évident qu’elle sera encore l’équipe à battre en 2016.

Derrière, les signaux envoyés sont plus contrastés. Ferrari semble avoir un niveau de performance très satisfaisant, comme l’a montré la facilité de Vettel à faire descendre les chronos dès le premier jour. La SF16-H est de toute évidence bien née, mais la fiabilité a fait défaut lorsque Kimi Raïkkönen en a pris le volant en fin de semaine. La Scuderia semble la mieux armée pour aller contrer l’ogre allemand, comme en 2015, mais qu’en sera-t-il de la constance des monoplaces italiennes ?

Du côté de Williams, qui vient de terminer deux campagnes consécutives sur le podium, la constance a été de mise sans qu’on puisse toutefois jauger du niveau de performance. La FW38 étant une évolution de la monoplace de 2015, l’équipe anglaise aura très certainement les moyens de viser le podium. Le vrai problème à résoudre, et on ne le saura pas tout de suite, est celui des circuits lents sur lesquels les FW37 avaient parfois du mal à passer la Q1 !

Williams aimerait en tous cas retrouver la victoire qui lui échappe depuis 2012 et qui, depuis 2014, n’a souri qu’a Mercedes, Ferrari et Red Bull. Cette dernière aura d’ailleurs à cœur de retrouver la première marche du podium et de se battre de nouveau à l’avant du peloton. Après une fin de saison encourageante et un hiver compliqué, perturbé par des tractations tardives au sujet du moteur, Red Bull repart avec Renault pour une saison supplémentaire et partira sur des bases plutôt solides.

Le moteur français s’est montré fiable dans la RB12 et bien qu’affichant un déficit certain en performance, il pourrait se montrer à son avantage sur les circuits nécessitant plus d’agilité que de puissance. C’est lors de ces rendez-vous qu’on pourrait voir l’équipe autrichienne à son avantage, comme ce fut le cas l’an dernier en Hongrie. Il est difficile toutefois de l’imaginer battre l’une des trois équipes citées précédemment sur l’ensemble de la saison.

Un nouveau venu dans le ventre mou du peloton ?

Derrière ce quatuor dominant, Force India semble la mieux armée pour viser les accessits, et compte tenu des premiers essais menés par la structure indienne, il ne serait pas étonnant de la voir se mêler aux meilleurs en Australie. La VJM09 est équipée du moteur Mercedes d’usine et a été développée sur une base solide, la VJM08, qui monopolisait les places d’honneur en fin de saison. Force India n’a jamais réussi à réellement exploser mais finir cinquième en 2015 est à ce jour son meilleur résultat et l’équipe aura fort à faire pour garder cette place.

Toro Rosso affiche une confiance sans faille bien qu’ayant dû adapter sa nouvelle monoplace à un changement de moteur tard dans l’hiver. Sainz et Verstappen ont effectué de nombreux kilomètres au volant de la STR11 et ont affirmé sans aucun doute que le moteur Renault était moins performant que le bloc Ferrari 2015 dont bénéficiera l’équipe cette saison.

Pour Verstappen et Sainz, ce sera l’heure de la confirmation après une première saison encourageante et prometteuse pour les deux pilotes. Le Néerlandais devra être prudent en début de saison, ayant encore huit points de perdus sur son permis, s’il ne veut pas être suspendu. Sainz pourrait en profiter pour s’affirmer en leader et tenter d’accrocher des points dès le début de saison.

Il est impossible de savoir le niveau que sera celui de Sauber puisque l’équipe suisse s’est présentée à Barcelone avec son ancienne monoplace équipée de l’ancienne version du moteur Ferrari. Les kilomètres parcourus ont permis de valider des pièces en vue de la saison mais les performances de Nasr et Ericsson sont les seules vraies inconnues jusqu’ici.

Pourtant débutante, l’équipe Haas a montré un visage très professionnel et a impressionné le monde de la Formule 1 en affichant un rythme convaincant et en faisant parcourir un kilométrage plus que raisonnable à sa nouvelle VF16. Il est évident que des difficultés viendront avec le temps et la fiabilité pourrait faire défaut en début de saison, mais Haas et ses troupes se prennent à rêver d’aller chercher les points régulièrement dans la première partie de saison. Une sacrée performance qui marquerait le meilleur début d’une équipe depuis Stewart Ford en 1997. La question sera de savoir, compte tenu des probables écarts serrés entre Force India, Sauber et Toro Rosso, si Haas arrivera à se mêler à ce groupe ou se tiendra en retrait.

Renault en retrait, McLaren en perdition

Forte d’un projet à long terme, l’équipe Renault a vécu une première semaine mouvementée et n’a pas réussi à rouler autant que prévu. Les moyens sont à la hauteur des ambitions du constructeur français mais l’équipe ne cache pas reprendre la Lotus E23 de l’an dernier comme base de départ. L’inconvénient est qu’il a fallu intégrer le moteur Renault dans une monoplace conçue pour un bloc Mercedes, l’avantage est que de nombreuses évolutions ont déjà été étudiées l’an passé sans jamais être essayées ni installées faute de budget.

Renault devrait donc être à la peine en début de saison, avec une voiture pas encore optimisée et une fiabilité qui pourrait se montrer capricieuse. Elle pourrait profiter de courses animées pour aller marquer quelques points, mais il y a fort à faire pour apprendre à exploiter ce nouvel ensemble et travailler avec deux nouveaux pilotes.

Comme l’an dernier, il apparaît que McLaren aura encore des problèmes à se faufiler en haut de peloton, après des essais pourtant débutés de bonne manière. La fin de semaine a été catastrophique et le manque de roulage jeudi pénalisera forcément les troupes de Woking. Il est de plus difficile de savoir où en sont vraiment la fiabilité et les performances du bloc Honda tant on entend depuis un an que les choses vont aller mieux. Des progrès seront certainement visibles, mais McLaren part de loin et la concurrence n’aura pas chômé durant l’hiver, ce qui devrait empêcher l’équipe de Ron Dennis de viser les points en début de saison.

La chose à espérer pour cette dernière est que Manor n’ait pas trop progressé, de façon à ne pas se retrouver lanterne rouge du peloton, un risque pourtant très présent tant Manor semble avoir évolué durant l’hiver.

L’équipe n’était pas dans le rythme en 2015 puisque la voiture et le moteur dataient de 2014, et plutôt que de travailler à une arrivée tardive d’une nouvelle monoplace, l’équipe avait décidé de signer avec Mercedes pour la fourniture moteur et de travailler dès le début de saison 2015 entièrement sur 2016 ! Avec une boîte de vitesses fournie par Williams et le meilleur moteur du plateau pour la propulser, la MRT05 pourrait être une rivale sérieuse à la MP4-31 dès le début de la saison, et si Haryanto semble à la peine dans son apprentissage, Pascal Wehrlein pourrait bien aller chercher des places supplémentaires face aux Renault.

En attendant une réponse définitive sur les performances de chacun, la deuxième semaine d’essais prévue du 1er au 4 mars nous en apprendra certainement bien plus sur le niveau de chacun, en matière de fiabilité mais surtout concernant la performance.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less