Formule 1

Prost ’bluffé’ par la ‘maîtrise totale’ et le sans-faute de Hamilton cette saison

Alors que Bottas et Ferrari étaient plus en forme en début d’année

Recherche

Par Valentin Vilnius

26 novembre 2018 - 16:36

Lewis Hamilton a désormais dépassé Alain Prost au nombre de titres mondiaux glanés (5 contre 4). Le Professeur n’en tire pas ombrage, tant il reconnaît que le pilote anglais a dominé son sujet cette saison, et plus particulièrement à partir de la trêve estivale.

Comme d’autres, l’ancien pilote McLaren et Williams reconnaît aussi s’être trompé sur le style de vie trépidant du Britannique qui, finalement, lui convient tout à fait…

« Sa course reflète sa saison, c’est-à-dire une sorte de maîtrise, malgré la concurrence » a déclaré Alain Prost pour Canal + après la course. « Ce n’était pas aussi évident. Il a clairement franchi un pas en termes de maîtrise totale, en étant soutenu par une équipe au top. On a l’impression qu’il fait les choses essentielles quand il le faut, les tours rapides quand il le faut. La gestion d’une course, comme à Abu Dhabi… Cette année, je ne l’ai pas vu faire une vraie faute. C’est certainement l’un de ses meilleurs championnats. »

« Il y a quelques années, on se demandait où il allait, il était parfois absent totalement d’un week-end. C’est vrai que sa manière de vivre est totalement décalée par rapport à la norme. Mais on voit que, bien aidé par une équipe – et le soutien d’une équipe est crucial dans ces moments-là – il s’est équilibré, il a exactement ce qu’il veut faire pour continuer. Je faisais partie des sceptiques il y a un moment, donc il faut bien dire qu’il nous a bluffés. »

Le triomphe de Lewis Hamilton contraste avec la nouvelle déception de Ferrari et de Sebastian Vettel. Pourtant, rappelle Alain Prost, un pareil dénouement était loin d’être évident après la première moitié de saison… Qu’est-ce qui explique une telle différence au terme du dernier Grand Prix ?

« D’un côté, il y a des vases communicants : quand vous êtes en confiance comme Lewis Hamilton… Le tournant de la saison, c’est Hockenheim, quand Sebastian Vettel commet une faute. Le début de saison est plutôt pour Ferrari, et chez Mercedes, pour Valtteri Bottas et non pour Lewis Hamilton. Et puis, Lewis Hamilton serre les dents, essaie de marquer les points. Il y a eu un peu de malchance, quelques erreurs de Ferrari et de Sebastian Vettel aussi. »

« Lewis Hamilton est un prédateur, à partir du moment où il voit qu’il a la chance avec lui… Il a enfoncé le clou juste après Hockenheim, et ensuite, ça a basculé psychologiquement entre les deux équipes. »

expand_less