Formule 1

Pirelli se défend de favoriser Ferrari, Wolff s’interroge

Pirelli dément tout favoritisme

Recherche

Par A. Combralier

31 mai 2017 - 10:24
Pirelli se défend de favoriser (...)

Le point faible, sans aucun doute, de la W08 cette saison, est l’exploitation des pneus. La Mercedes, cette « diva » selon Toto Wolff, n’arrive pas à exploiter les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement – ou quand elle y arrive, cette performance reste souvent inexpliquée.

Au contraire, la Ferrari, désignée en partie par un grand spécialiste de l’exploitation des pneus, James Allison (avant qu’il ne rejoigne Mercedes), réussit parfaitement à exploiter les Pirelli un peu plus durs de cette année.

Marco Tronchetti Provera, le PDG de Pirelli, présent dans le paddock de Monaco, s’est publiquement félicité du niveau de forme de la Scuderia. « Une équipe Ferrari qui est forte, c’est bon pour la F1 » a-t-il assuré.

De quoi attirer l’attention, si ce n’est la suspicion, de Toto Wolff… Le directeur de Mercedes s’interroge aujourd’hui sur ce « mystère italien ».

« J’ai eu une brève conversation avec Lewis après Monaco et je lui ai dit : ‘est-ce que tu as senti que l’adhérence était de retour’ ? et il m’a dit : ‘oui’. Pourquoi ? Eh bien, ça reste un mystère italien. Nous devons simplement le comprendre parce que Ferrari est capable de le comprendre et de faire la course dans ces conditions, et nous devons y arriver aussi. »

Pirelli, manufacturier italien, chercherait-il indirectement à favoriser ses compatriotes de la Scuderia ?

Interrogé à la télévision italienne, Marco Tronchetti Provera, le PDG de Pirelli, a tenu à démentir catégoriquement ce sous-entendu de Toto Wolff. Il n’y a pas de solidarité nationale selon lui.

« Les pneus sont les mêmes pour tout le monde. Peut-être que Mercedes a été habituée à avoir beaucoup de succès, et maintenant, ils sont face à une énorme épreuve. Mais ils reviendront. Cependant, avec leurs ingénieurs qui ont bien travaillé en équipe, Ferrari a fait quelque chose que personne n’attendait. Vous devez leur rendre hommage et vous devez être satisfaits de ce travail mené par une équipe italienne. »

Une autre donnée est peut-être à prendre en compte. Ferrari, Mercedes et Red Bull ont tous les trois participé à des essais l’an dernier pour développer les nouveaux Pirelli. Chez Mercedes, c’est Pascal Wehrlein et Nico Rosberg qui ont mené la majorité des tests – Lewis Hamilton n’a pas daigné se sacrifier. Pendant ce temps, chez Ferrari, les pilotes titulaires, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, ont pu accumuler des kilomètres avec les Pirelli 2017.

« Sebastian Vettel a travaillé d’une manière incroyablement sérieuse pour développer les pneus 2017 » confirme le PDG de Pirelli. « Il a toujours été disponible pour nous, alors que tant d’autres ne l’étaient pas ».

« Les pneus, c’est la force de Vettel » conclut l’ancien vice-champion du monde Mark Webber.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less