Formule 1

Pirelli : La stratégie ’pneus’ était de nouveau la clé

Retour en terrain connu ?

Recherche

Par Olivier Ferret

11 mai 2014 - 20:47
Pirelli : La stratégie ’pneus’ était (...)

Barcelone est connu pour être un des tracés les plus exigeants de la saison pour les pneumatiques. Pourtant, huit des dix premiers sont parvenus à couvrir la totalité de la distance du Grand Prix avec seulement deux arrêts. Il faut se souvenir que le vainqueur de l’édition 2013 s’était arrêté à quatre reprises, ce qui donne une idée plus précise de l’ampleur des améliorations réalisées par Pirelli en termes de longévité. Celles-ci ont entraîné une réduction de l’usure, de la dégradation, mais aussi de l’apparition de débris de gomme sur la piste, sans compromettre le niveau de performance des Formule 1.

La stratégie pneumatique choisie par Lewis Hamilton (Mercedes) fut essentielle et lui permit de signer sa quatrième victoire consécutive et de s’emparer du peloton de tête du championnat du monde des pilotes. Le Britannique qui avait choisi une stratégie médium-médium-dur s’est élancé depuis la pole position. Il avait pour cela réussi à battre son coéquipier Nico Rosberg de 6 dixièmes de seconde. L’Allemand avait quant à lui choisi de partir sur une stratégie médium-dur-médium. Ces deux stratégies différentes leur a permis de mener un combat rapproché tout au long de la course, puisque les pneumatiques plus performants, dont bénéficia Rosberg à la fin, lui ont donné l’opportunité d’attaquer son coéquipier en fin d’épreuve.

Chez Red Bull, Sebastian Vettel s’est élancé de la 15e place de grille, mais a réussi à remonter à la quatrième place finale, grâce à une stratégie à trois arrêts faisant la part belle aux mediums. Il a même signé le record du tour en course et a doublé plusieurs concurrents en fin de parcours.

A partir de mardi se déroulera à Barcelone également, la seconde session de tests pneumatiques organisée par Pirelli. Sauber et Toro Rosso seront équipées des enveloppes destinées à 2015 au cours des deux premiers jours. Force India et McLaren prendront ensuite le relais pour les deux journées suivantes.

Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport : “Nous avons assisté à des duels absolument époustouflants et cela à tous les étages du « top 10 » et jusqu’aux derniers tours de la course. Les choix variés des stratégies n’y ont rien changé. Cela souligne à nouveau l’importance que revêt la stratégie pneumatique cette année à chaque épreuve, avec le choix des enveloppes, certes, mais aussi l’ordre de leur usage. A la suite de pluies inattendues au cours de la nuit, la température ambiante et celle de la piste étaient un peu moins élevées qu’attendu. Ce qui eut pour conséquence de réduire l’écart chronométrique entre les pneumatiques durs et les intermédiaires, ajoutant ainsi un autre facteur à l’équation. Et en course, même si Barcelone est un des circuits les plus exigeants de la saison, la dégradation des pneumatiques était parfaitement contrôlée par Pirelli, comme en atteste le nombre majoritaire de stratégies à seulement deux arrêts. C’est une chose à mettre au crédit de notre équipe technique de Milan et Izmit, qui travaille d’arrache pied depuis un an. Un grand merci à tous ! Désormais, nous passons à cette deuxième séquence de tests pneumatiques de la saison et nous y développerons les enveloppes destinées à 2015 ».

Le baromètre vérité :

Nous avions prédit qu’une stratégie à deux arrêts serait possible pour les 66 tours de la course. Notre choix était le suivant : départ en médium, puis médium à nouveau au 22e tour et passage en durs au 45e tour. Lewis Hamilton a suivi ce plan à la lettre, si ce n’est qu’il s’est arrêté deux fois un peu plus tôt que prévu : la première fois au 18e tour et ensuite au 43e tour.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less