Formule 1

Pic : Pas facile de se distinguer en fond de grille

Un sentiment étrange

Recherche

Par Olivier Ferret

29 décembre 2013 - 11:47
Pic : Pas facile de se distinguer (...)

Charles Pic sera-t-il encore de la partie la saison prochaine ? A cette heure, rien n’est moins sûr. Le Français de chez Caterham avoue qu’il est bien difficile de se distinguer en fond de grille, avec une voiture bien moins rapide que celle des top teams ou des équipes de milieu de grille.

"En F1, 85% de la performance c’est l’aérodynamique. Tu l’as ou tu ne l’as pas. Le déficit aéro que l’on a sur ma voiture, il est le même sur tous les circuits. Il nous reste quelques réglages qui peuvent nous faire osciller dans une fenêtre de 3 ou 4 dixièmes. Comparé aux 4 secondes de déficit général de la voiture..." explique Charles Pic à Sport Auto.

Piloter en fond de grille, "c’est un sentiment étrange," ajoute le Français. "J’ai vécu deux saisons... assez solitaires. Je me suis surtout battu contre moi-même et contre les limites de la voiture. Je me suis fixé comme objectif d’en extraire 100%. J’ai mis beaucoup d’énergie à trouver le meilleur équilibre pour la course. Les pneus Pirelli, qui ne sont pas constants, l’exigent."

Ces Pirelli, fortement critiqués à nouveau cette année, ont toutefois l’avantage de donner un paramètre supplémentaire à gérer dans les mains d’un pilote.

"La gestion fait partie de la course. Tout ce qui peut permettre aux pilotes de faire la différence est intéressant. Sinon, ce ne serait que des courses de souffleries."

Avec le recul, Charles Pic s’est-il senti bien préparé pour la Formule 1 ?

"La GP2 prépare bien au pilotage d’une F1, mais moins aux nombreuses variables de la performance. Le freinage d’une F1 ce n’est pas juste "J’appuie sur la pédale". Il y a la balance à changer pendant le tour, le KERS à recharger... Pareil pour l’accélération, où il y a plusieurs cartographies, pour le rétrogradage. Il n’y a pas un freinage, une accélération ou une façon de changer les rapports. Il faut sans cesse varier les modes, qui plus est en s’adaptant aux conditions de piste. Virage après virage. Cela angoisse au départ."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less