Formule 1

Pénalisé à Monza, Verstappen pointe du doigt la FIA… et Renault

Une question de puissance moteur s’il se retrouve dans ce genre de situations

Recherche

Par Valentin Vilnius

13 septembre 2018 - 17:19

Max Verstappen n’est pas près d’admettre ses torts : le pilote Red Bull pense toujours avoir été injustement pénalisé de cinq secondes lors du dernier Grand Prix d’Italie, pour sa défense virile contre Valtteri Bottas.

Le Néerlandais, pour étayer sa thèse, a étudié un incident similaire lors de la course de l’an dernier, entre les deux Williams, Lance Stroll et Felipe Massa. Il l’expose aujourd’hui à Singapour.

« J’analysais d’autres vidéos de 2017, parce que quand vous revenez 10 ou 15 ans en arrière, c’est un peu hors de propos, en raison des changements de règlement et tout cela. Et la même chose était exactement arrivée entre Lance Stroll et Felipe Massa. Massa avait été très intelligent, il était resté sur la trajectoire et était juste parti un petit peu dans l’herbe. Mais son pneu était toujours sur la trajectoire. »

« Bien sûr j’essaie toujours de compliquer le plus possible les dépassements que l’on tente sur moi. Et je me battrai pour chaque millimètre sur la piste. C’est ce que j’ai fait. Donc au bout du compte je pense que cette pénalité est très dure. »

« Si je regarde ce qu’il est arrivé à Monza, d’autres pilotes s’étaient aussi poussés en dehors de la piste. Il y avait des dégâts, des voitures s’étaient percutées, et Bottas et moi, nous n’avons pas eu de dégâts. Il est juste rentré dans ma roue et a dû partir au large. Il n’y a pas eu de dégâts et c’est pourquoi je pense que c’était une pénalité très dure. Vous ne pouvez pas changer la décision, mais je pense toujours qu’elle était très rude. »

Têtu ou sûr de son fait, Max Verstappen estime toujours que Valtteri Bottas avait assez d’espace et que la responsabilité incombe donc en bonne partie au manque d’acuité des commissaires.

« Bien sûr, je partais sur la gauche, mais du moment où vous laissez assez d’espace à une voiture, c’est bon. Je lui ai donné de l’espace, je pense. Bien sûr, nous parlons de millimètres, et on peut toujours dire qu’il manquait un millimètre. Mais c’est la course, c’est une affaire de millimètres, pas de mètres. »

Ce n’est pas la première fois que Max Verstappen est confronté à ce genre d’incidents, notamment quand il doit défendre sa position. Le pilote Red Bull sait pourquoi : c’est à cause du moteur Renault !

« Bien sûr, c’est dur de me défendre de mon côté, parce qu’il me manque toujours de la vitesse en lignes droites. Si nous avions la meilleure vitesse de pointe, je ne serais jamais dans cette situation. Les autres voitures arrivent soudainement très vite, et vous devez être très agressifs dans votre défense. J’aurais pu aussi le laisser passer. Ma course aurait toujours été formidable. Et tout le monde aurait jugé ma course incroyable. »

« Mais je ne suis pas ici pour finir 4e. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less