Formule 1

Palmer se demande si Räikkönen n’aurait pas dû prendre sa retraite

Mais il est satisfait de le voir aussi motivé

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 septembre 2018 - 12:46
Palmer se demande si Räikkönen n'aurait

Jolyon Palmer est désormais consultant pour une chaîne anglaise et fait des chroniques d’après-course lors des week-ends de Grand Prix. Sa dernière chronique s’est surtout penchée sur le choix - inattendu - de Kimi Räikkönen, qui rejoindra Sauber l’an prochain.

"Dans l’ensemble, Raikkonen a eu une brillante carrière en F1. Je me souviens de l’avoir vu faire des performances hypnotisantes pour McLaren, avant de remporter son titre avec Ferrari en 2007. Et il a généré une énorme et loyale base de fans avec sa personnalité d’Iceman" explique Palmer dans sa chronique.

"Mais les résultats n’ont pas été là ces dernières années. Il n’a pas surclassé un coéquipier depuis la première partie de saison 2013 contre [Romain] Grosjean chez Lotus. En 2014, il a marqué un tiers des points de son coéquipier Fernando Alonso lors de son retour chez Ferrari."

"Heureusement pour lui, Alonso est parti à la fin de cette année là et il est plus proche de [Sebastian] Vettel depuis. Mais ce n’est qu’en 2016 que Räikkönen s’est retrouvé à moins de 100 points de son coéquipier à la fin de l’année. Cette année se déroule de la même façon, l’écart entre les deux se creuse à 67 points et il reste six courses à disputer".

Et Palmer de s’interroger sur le bien-fondé de continuer une carrière déjà bien remplie dans une équipe normalement vouée à l’accueil de jeunes pilotes : "Räikkönen aura 41 ans à l’expiration de son contrat de deux ans chez Sauber, et la carrière des pilotes ne cesse de s’allonger, ce qui rend la tâche encore plus difficile pour les nouveaux talents de rejoindre la grille."

"S’ils sont toujours au sommet de leur forme, comme Alonso semble l’être à 37 ans, avec une brillante septième place pour McLaren à Singapour dimanche, alors il n’y a bien sûr aucune raison de s’arrêter. Mais, ironiquement, Alonso a décidé d’arrêter la F1 à la fin de l’année."

L’ancien pilote Renault estime que les meilleurs jours de la carrière du Finlandais sont derrière lui : "Mais pour Räikkönen, si l’on fait abstraction de son regain de forme, il semble que son meilleur souvenir remonte à un certain temps. Néanmoins, son expérience pourrait aider Sauber à se développer à court terme, à condition qu’il puisse conserver sa motivation dans une voiture dans laquelle il ne pourra surement faire que marquer des points."

En revanche, le Britannique se félicite de constater que Kimi Räikkönen est un authentique passionné de Formule 1 : "Et même si c’est surprenant, c’est agréable de voir que Räikkönen est toujours amoureux de la F1 et du plaisir de piloter."

expand_less