Formule 1

Palmer : Certains moments décisifs se sont passés sous la pluie en 2018

Il pense que Hamilton a toujours fait la différence comme ça

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 novembre 2018 - 14:15
Palmer : Certains moments décisifs (...)

Jolyon Palmer a été impressionné, comme de nombreux observateurs, par la saison 2018 de Lewis Hamilton. Mais la caractéristique que l’ancien pilote Renault souligne en particulier, c’est la capacité du Britannique à profiter de la pluie, et à faire ressortir le meilleur de ses capacités dès que les cieux s’en mêlent, et ce depuis son arrivée en Formule 1.

"Il n’y a pas de meilleure démonstration de cela que son talent sous la pluie" juge Palmer. "Pour moi, le rythme sous la pluie souligne les talents de pilotage, c’est totalement lié à l’habilité naturelle du pilote à trouver de l’adhérence et à ressentir les limites sur le sec. Hamilton excelle en cela, et nous l’a montré tout au long de sa carrière."

"A ses débuts en 2007, au Grand Prix du Japon, à trois courses de la fin, le combat pour le championnat était serré. Hamilton était coude à coude avec Fernando Alonso, qui est aussi un des meilleurs de tous les temps à mon sens. Les conditions étaient très humides à Fuji, mais Hamilton a gagné la course et Alonso, le champion en titre s’est crashé."

"Au Grand Prix d’Angleterre 2008, à Silverstone, j’ai adoré la regarder depuis le bord de piste sous une pluie battante. Hamilton était largement au dessus du lot. Encore une fois, les conditions étaient terribles et tout le monde partait dans tous les sens. Son rival au titre cette saison, Felipe Massa, a fait cinq tête-à-queue durant la course, pendant que Hamilton montrait une domination absolue et gagnait avec une minute d’avance, prenant un tour a tous les pilotes à partir du troisième."

Le Britannique pense que c’est également dans ces conditions que son compatriote a fait la différence face à Sebastian Vettel cette année : "En 2018, certains moments décisifs de la saison se sont passés par temps de pluie. Hamilton a gagné le Grand Prix d’Allemagne en partant 14e, après des averses qui ont pris par surprise son rival Sebastian Vettel, qui est sorti alors qu’il était en tête. Sa pole position sous la pluie en Hongrie l’a mis dans une bonne position pour gagner une course où Ferrari paraissait plus forte. Cela a été un retournement de 14 points dans la course juste avant la pause estivale."

expand_less