Formule 1

Monza 1999, les larmes d’Häkkinen (partie 2)

Doublé allemand en terre italienne

Recherche

Par Camille Komaël

1er septembre 2013 - 09:13
Monza 1999, les larmes d’Häkkinen (...)

Nous revoilà en direct (ou presque…) de Monza, pour le Grand Prix d’Italie 1999. C’est Mika Häkkinen qui mène devant Heinz-Harald Frentzen et Ralf Schumacher.

Au 30è tour, tout le monde a les yeux grand ouverts. D’étonnement. D’incompréhension. Mais que s’est-il passé ?? Qu’est-il arrivé pour que nous assistions en direct à la sortie de piste de Mika Häkkinen à la première chicane alors qu’il menait largement la course et était en train de glaner d’importants points pour le championnat ? Le pilote McLaren l’explique plus tard : « Pendant tout le week-end, j’arrivais dans cette chicane en deuxième. Cette fois, j’ai fait la faute de descendre un rapport de plus. Mes roues arrière se sont bloquées partiellement et je suis parti en tête à queue. J’ai eu le temps de voir venir les rails vers moi et au fur et à mesure que je m’approchais d’eux, je comprenais de plus en plus que je venais de faire une grosse bêtise… »

Une grosse bêtise qui le met d’abord dans une colère noire. Il jette son volant, puis un de ses gants, repousse ensuite un commissaire. Ce n’est qu’une fois hors de vue du public que la rage s’efface et que la tristesse et le désespoir s’emparent de lui. Il s’accroupit dans la verdure et pleure dans sa cagoule. Il pleure son erreur, les points envolés. Mais il évacue aussi là la pression. Lui qui a perdu tellement de points déjà cette saison. Imola, par sa faute. Silverstone, à cause d’une roue mal fixée. Autriche, quand son coéquipier l’accroche. Allemagne, une crevaison. Belgique, et un nouvel accrochage avec son équipier. Alors que la saison semblait devenue "facile" pour lui après l’accident de Michael Schumacher en Grande-Bretagne et la mise hors-circuit de ce dernier, voilà qu’il doit pourtant se battre avec des difficultés. Ces larmes lui ont peut-être ôté un poids.

Frentzen, et de trois !

Et comme le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres, le grand gagnant, au 31è tour, apparaît clairement comme étant Heinz-Harald Frentzen. Le voilà qui non seulement hérite de la tête de la course, mais en plus peut revenir au championnat ! L’Allemand de Jordan a déjà remporté une course cette saison, à Magny-Cours sous la pluie. Et il se dirige droit vers un deuxième succès, même si son compatriote Ralf Schumacher revient, à coups de meilleurs temps au tour.

Le dernier abandon a lieu à l’avant-dernier tour, quand le moteur de la Prost de Panis rend l’âme, alors qu’il naviguait de toute façon en dernière place.

Heinz-Harald Frentzen a assuré et remporte son deuxième Grand Prix de la saison, le troisième de sa carrière, et ceci le replace dans la course au titre, à 10 points seulement d’Häkkinen et Irvine, à égalité grâce à la sixième place de l’Irlandais du Nord. La Jordan qui vient se mêler à la lutte pour le titre au milieu des McLaren et des Ferrari : impensable il y a quelque temps !

Frentzen et Ralf Schumacher signent le quatrième doublé allemand de l’histoire de la F1, le jeune pilote Williams décrochant au passage son premier meilleur temps en course. Sur la troisième marche du podium, Mika Salo sauve l’honneur de la Scuderia Ferrari à Monza et les tifosis n’ont d’yeux que pour lui.

Alors qu’une Jordan et une Williams occupent les deux premières marches du podium, c’est aussi un outsider qui est quatrième, avec la Stewart de Rubens Barrichello. 5è et 6è, Coulthard et Irvine réussissent à terminer dans les points.

Irvine sait qu’il ne doit son égalité au championnat avec Häkkinen qu’à l’erreur de ce dernier. Mika Salo soutient son coéquipier dans la lutte au championnat et assure qu’il va se réveiller. Probablement peu convaincu, Jean Todt émet une hypothèse suite aux propos de Salo : « Peut-être faisait-il allusion à la fête qui risque de suivre ce soir ? »

On sent de la résignation chez Ferrari avant d’aborder les trois dernières courses de la saison pendant que du côté de McLaren Ron Dennis explique que peu lui importe qui de Coulthard ou Häkkinen est champion, tant que c’est un pilote McLaren.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less