Formule 1

Monza 1999, les larmes d’Häkkinen (partie 1)

Frentzen et sa Jordan dans la course au titre

Recherche

Par Camille Komaël

31 août 2013 - 09:12
Monza 1999, les larmes d’Häkkinen (...)

Quand le cirque de la Formule 1 arrive à Monza, pour le Grand Prix d’Italie, en 1999, Mika Häkkinen vient de reprendre la tête du championnat à Eddie Irvine pour un petit point en Belgique et espère bien accroître son avance sur un circuit qui devrait convenir à sa McLaren.

Et en effet, tout commence bien pour le Finlandais qui décroche la pole position le samedi, la onzième de cette saison, en battant le record de la piste et en écrasant la concurrence puisque le deuxième – Frentzen – est à cinq dixièmes, et son coéquipier de chez McLaren, David Coulthard, est à 7 dixièmes à la troisième place. Irvine n’est que huitième et Häkkinen peut donc envisager sereinement cette course.

Toujours délicat le départ à Monza, avec les chicanes qui arrivent ensuite, mais Mika Häkkinen n’est nullement inquiété, car Frentzen manque son départ. Derrière, on coupe allégrement la première chicane et c’est en fond de grille qu’a lieu le premier accrochage : Gene sur sa Minardi est touché par les deux Arrows de Takagi et De La Rosa et doit abandonner.

Doublé au départ par Zanardi, Frentzen reprend bien vite sa deuxième place tandis que juste derrière une grosse lutte éclate entre Ralf Schumacher, David Coulthard et Mika Salo : l’Allemand de Williams conserve l’avantage après avoir été pris en sandwich lors d’un côte à côte à trois voitures.

A l’entame du deuxième tour, Giancarlo Fisichella perd le contrôle de sa Benetton à la première chicane et son tête à queue l’envoie tout droit dans les graviers. C’en est déjà fini de son Grand Prix national. Probablement solidaire de l’Italien, Pedro Diniz part également en tête à queue ce tour-là et abandonne. Il ne reste donc plus qu’une Sauber et une Benetton en piste… pas pour très longtemps concernant l’écurie de Flavio Briatore puisque Wurz est contraint à l’abandon dix tours plus tard sur problèmes électriques. Benetton peut tout ranger et se diriger déjà vers le Nürburgring…

Attentat sur Badoer !

Arrows et Minardi luttent en queue de peloton, et Takagi, ne voulant sûrement pas finir dernier, s’attaque à Luca Badoer à la première chicane… un peu trop violemment puisque l’Arrows escalade l’aileron arrière de la Minardi. Badoer abandonne et Gabriele Rumi, chef de Minardi, est en colère : « Arrows, n’étant plus en condition de se battre contre nous sur le plan performances, a adopté la seule stratégie possible : nous éliminer ! » Takagi serait donc un kamikaze recruté exprès pour exécuter cette mission, tout s’explique.

Aux avant-postes, Mika Häkkinen creuse l’écart alors que Barrichello et sa modeste Stewart sont déchaînés et doublent tour à tour la McLaren de Coulthard, la Ferrari de Salo et la Williams de Zanardi. Au 28è tour, Häkkinen a 8 secondes d’avance sur Frentzen, mais cela ne semble pas suffire à McLaren, qui lui présente un panneau « push » souhaitant que le Finlandais attaque encore plus. Est-ce ce panneau qui déstabilisera quelques instants plus tard le champion du monde 1998 ?

Vous le saurez après la pub ! (Demain matin...)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less