Formule 1

Mercedes appliquera des consignes ’plus rapidement’ et ’si nécessaire’

Pas de n°1 et de n°2 toutefois

Recherche

Par Olivier Ferret

29 avril 2017 - 14:23
Mercedes appliquera des consignes (...)

Mercedes a clairement changé de point de vue sur les consignes d’équipe depuis sa défaite à Bahreïn, il y a deux semaines.

Niki Lauda affirme que son équipe n’hésitera pas à y recourir en course ce week-end si la situation l’impose, c’est-à-dire pour faire barrage à Sebastian Vettel si la victoire peut être au bout.

"C’est logique en un sens : si je ne peux pas aller plus vite que mon équipier, je dois laisser la place pour qu’il tente d’aller battre Vettel," confie Lauda.

"Le plus gros problème pour Bottas et Hamilton, nos pilotes, c’est Vettel maintenant. C’est celui qu’ils doivent battre."

On remarquera que Lauda écarte déjà Raikkonen de l’équation alors qu’il a signé le 2e temps ce matin lors des Libres 3.

Quoi qu’il en soit ce changement de philosophie est justifié selon l’Autrichien.

"Dans le passé nous n’avions aucune consigne parce que nous dominions avec nos deux voitures et nous n’avions aucun ennemi, aucune autre voiture était capable de vraiment se placer entre les nôtres. Cette année, après trois courses, on peut voir que c’est complètement différent."

"Ferrari est compétitive, Vettel est juste là, il ne fait pas d’erreur et nous livre une bataille réellement intéressante. Alors notre nouvelle philosophie est que si un de nos pilotes ne peut pas aller plus vite que l’autre et qu’il le gêne, il doit penser à l’équipe et ne pas bloquer son équipier. Ce n’est pas une consigne en tant que tel."

Du bon sens donc, selon Lauda.

"Pour qu’elle soit juste, cette philosophie doit s’appliquer aux deux pilotes. Et ce sera le cas. Lors de la dernière course, c’est Lewis qui était plus rapide. Si la situation s’inverse, Valtteri en profitera. Reste à voir si cela se produira."

Pour Toto Wolff, le mot "consigne" n’est plus le bon non plus.

"Les consignes cela fait référence au passé, à ce qui avait lieu il y a 15 ou 20 ans, quand une équipe plaçait clairement un pilote devant l’autre, un n°1 et un n°2 pour le championnat, très tôt dans la saison."

"Si nous avons une différence de rythme entre nos voitures, que nous en connaissons la cause comme ce fut le cas à Bahreïn, alors nous interviendrons probablement à nouveau. Nous avons appris de Bahreïn, nous aurions pu agir plus vite pour laisser plus de chances à Lewis. Nous agirons plus vite, si nécessaire. Il n’en reste pas moins que c’est toujours délicat de demander à un pilote de laisser son équipier le dépasser parce qu’il a un problème avec sa voiture. Ca ne semble pas juste mais..."

Il n’y a donc pas de n°1 et de n°2 chez Mercedes ?

"Non. Et demandez à Ferrari, ils vous diront la même chose. Après la 3e course de la saison, vous ne pouvez pas choisir. La dynamique que nous avons chez nous a fonctionné les trois dernières années, avec deux pilotes qui se poussent à la limite. Et c’est ce que nous voulons continuer à faire avec Lewis et Valtteri."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less