Formule 1

Manor n’a encore que 170 employés mais ne doit pas grandir trop vite

Petit Poucet deviendra grand ?

Recherche

Par A. Combralier

10 août 2016 - 10:04
Manor n'a encore que 170 employés (...)

Ancien ingénieur de Benetton, McLaren et Ferrari, Pat Fry met désormais sa solide expérience de la F1 au profit de Manor, comme ingénieur consultant.

Le Britannique se félicite logiquement des progrès de son écurie cette année. Manor a en effet réussi à marquer un point en Autriche grâce à Pascal Wehrlein, et se retrouve chaque week-end à la lutte avec les Renault et les Sauber. « C’est un grand changement, de la survie à la compétition, et cela affecte toute l’organisation », s’est-il félicité, « tout ce que nous faisons à l’usine, de la soufflerie au bureau du design, en passant par tout ce qui concerne la fiabilité – tout ce qui concerne la piste en réalité ».

« Cela a fait surgir des domaines où nous avons besoin de nous améliorer absolument partout au niveau organisationnel. Il y a un plan nous concernant pour grandir de manière raisonnée et contrôlée, mais nous devons répondre aux besoins de tous ces domaines – tout, à commencer par la vitesse des arrêts aux stands où nous étions, pour être poli… dans une situation problématique au début de l’année. (…) Tout est une question de détail. Vous devez y répondre et cela prend du temps. C’est la même chose pour mettre des processus en place pour vous assurer de garder une voiture fiable. »

Le défi est donc immense pour une petite écurie, mais « tout le monde y est intéressé », assure Pat Fry. « Nous sommes toujours petits pour le moment. Nous grandissons assez vite mais nous sommes seulement… 170 personnes ou quelque chose de cet ordre, et notre concurrent le plus proche atteint facilement les 500 personnes. Il y a beaucoup à faire et nous devons simplement avoir un plan raisonnable pour faire grandir l’organisation afin d’être raisonnablement compétitif ».

Les appels répétés à la « raison » de Pat Fry n’ont vraisemblablement qu’un seul objectif : éviter à Manor de se griser et de grandir plus vite que ne se le permettent ses faibles moyens.

expand_less