Formule 1

Mallya relativise sa situation juridique et financière

"C’est devenu trop politique"

Recherche

Par Emmanuel Touzot

10 juillet 2018 - 08:24
Mallya relativise sa situation (...)

Vijay Mallya était présent dans le paddock de Silverstone ce week-end, puisqu’il réside en Grande-Bretagne et ne peut pas quitter le pays. Jugé pour fraude, et endetté à hauteur d’un milliard de dollars auprès de l’Etat Indien, le propriétaire de Force India veut éviter l’extradition, mais a quand même répondu aux tribunaux britanniques.

"La justice anglaise s’est saisie de mes biens en Grande-Bretagne et les a gelés pour pouvoir les redonner aux banques" explique Mallya. "Il y a plusieurs voitures, des bijoux, et je leur ai dit qu’ils n’avaient pas besoin de venir chez moi pour les saisir, que je leur donnerais en main propre au lieu et à la date qu’ils m’indiqueraient. Je ne serai pas dans domicile car ils ne peuvent pas me prendre plus."

Mallya s’est fait saisir son yacht, l’Indian Empress, mais avoue ne pas s’en soucier, car le bateau revendu récemment suite au non paiement de son équipage ne lui appartenait plus : "Je ne possède plus l’Indian Empress depuis plus de sept ans", explique-t-il, avant de préciser que son propriétaire lui prêtait lors du Grand Prix de Monaco, une fois par an, pour y organiser des fêtes.

Son passeport a été révoqué en 2016 et il n’a plus quitté la Grande-Bretagne depuis son départ d’Inde il y a deux ans. Considéré comme fugitif économique là-bas, il cherche aujourd’hui à vendre pour plus de deux milliards de biens, afin de payer ses créanciers.

"Je pense que ce que tout le monde oublie, c’est que j’ai affiché pour plus de deux milliards de biens personnels devant la cour de Karnataka, et c’est largement suffisant pour payer les banques et tout le monde."

Il relativise ensuite sa situation : "J’ai toujours été un résident britannique, et je n’étais pas résident en Inde. Où devrais-je aller ? Où est le concept de fuite ? C’est devenu trop politique. Il y a des élections en Inde cette année et je pense qu’ils veulent me retrouver, me mettre sur une croix et gagner plus de votes."

expand_less