Formule 1

Lotus a réglé la plupart de ses dettes... et payé Raikkonen

Son salaire a lourdement pesé sur l’équipe

Recherche

Par Olivier Ferret

21 décembre 2014 - 08:47
Lotus a réglé la plupart de ses (...)

La situation financière de Lotus est beaucoup plus saine cette année que l’année dernière. Et Matthew Carter, le directeur exécutif de l’équipe d’Enstone, affirme que les dettes ont été payées en grande partie. Notamment celle qui concernait... Kimi Raikkonen.

Le pilote finlandais avait choisi de se faire opérer du dos en fin de saison dernière, manquant les deux dernières courses avec Lotus. Officiellement parce qu’il avait mal, officieusement parce qu’il n’avait toujours pas été payé depuis de très nombreux mois.

"La situation des créanciers s’est nettement améliorée par rapport à l’année dernière," confie Matthew Carter. "Et un élément majeur était Kimi Raikkonen. Il représentait un grand pourcentage de notre dette, mais il a depuis été intégralement payé."

Y compris les bonus généreux concédés à Raikkonen en 2012 et 2013, le Finlandais ayant marqué de nombreux points et même gagner avec Lotus. Voilà qui ajoutait 25 millions d’euros en plus à son salaire pour l’ensemble des deux années

Lotus a aussi réduit nettement ses frais de fonctionnement. L’équipe est passée de 568 à 470 employés en l’espace d’un an. Au final, la perte en 2014 devrait s’élever à 7 millions d’euros au lieu de 71 et 83 millions d’euros en 2012 et en 2013. Enfin, l’arrivée de PDVSA a fait du bien aux comptes.

"Tout le monde dit que Lotus est sur le bord de la ruine. Je peux vous assurer que ce n’est pas le cas," explique Carter. "Nous avons relevé le défi et à partir d’énormes pertes nous avons maintenant l’espoir d’être proche de l’équilibre. Le plan est de nous protéger financièrement, puis d’apporter des améliorations sur la piste."

Voilà ce qui a pénalisé Lotus en 2014. Mais 2015 devra permettre à Enstone de retrouver une situation plus digne de son rang.

"Je ne vais pas mentir : Si jamais nous faisons une saison semblable à 2014 l’année prochaine, alors nous aurons un vrai problème J’ai vendu beaucoup de choses à nos commanditaires sur l’argument que nous serons de retour l’année prochaine. Si ce ne est pas le cas alors nous aurons un problème."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less