Formule 1

Les voitures de sécurité ont bouleversé les stratégies à Silverstone

Une course imprévisible et excitante selon Pirelli

Recherche

Par Olivier Ferret

9 juillet 2018 - 08:18
Les voitures de sécurité ont bouleversé

Le Grand Prix de Grande-Bretagne a tourné à une lutte stratégique très intense entre Ferrari et Mercedes, après deux périodes sous Safety Car en fin d’épreuve qui ont entraîné autant de sprints décisifs.

Ferrari et Mercedes avaient réalisé des choix différents, lors de la première neutralisation, avec l’option d’un second arrêt pour Ferrari, dans le but de faire repartir les deux pilotes en soft, les plus tendres disponibles.

Pendant ce temps, les pilotes Mercedes restaient en piste sur leurs medium, dans le but de préserver ou d’améliorer leurs positions.

Avec des températures extérieures extrêmes, proches de 50°C, sur un des plus rapides et des plus exigeants des circuits de la saison, en termes de charges énergétiques, tous les types de gommes disponibles ont fait la démonstration de leur performance et de leur fiabilité, pour ce 350e Grand Prix en Pirelli.

Le manufacturier restera à Silverstone pour la séance de développement des pneus 2019 pour deux jours, avec les écuries Haas, Red Bull et Williams.

"Nous avons assisté à un Grand Prix véritablement excitant et imprévisible, avec des stratégies différentes et la mise en œuvre des trois types de gommes disponibles," note Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Parallèlement aux choix soft/médium les plus communs, la Renault de Nico Hulkenberg s’est offert le luxe de remonter six places en course, en ne s’arrêtant qu’une seule fois et en passant de médium en durs."

"Les stratégies initiales ont bien évidemment été interrompues par deux fois lors des entrées en piste de la Safety Car, mais tous les pilotes ont été capables de se battre sans retenue du départ à l’arrivée, sur toutes nos gommes, du départ à l’arrivée."

"Pour ce 350e Grand Prix Pirelli, cela a permis à tous les spectateurs d’assister à un sprint final haletant et spectaculaire, typique de la Formule 1."

RÉCAPITULATIF DES PIT-STOPS

Les interventions de la Safety Car ont rendu les stratégies particulièrement imprévisibles, mais au final, Sebastian Vettel s’est imposé avec une stratégie à deux stops, s’élançant en soft, avant de passer médium au 20e tour (sous drapeau vert) avant de revenir aux soft au 33e tour (sous régime de Safety Car). Un dernier choix qui fut capital dans sa conquête de la victoire.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less