Les statistiques après le Grand Prix d’Australie

McLaren égale déjà un record de l’ère Honda

Recherche

Par Alexandre C.

27 mars 2018 - 09:11
Les statistiques après le Grand Prix (...)

Sebastian Vettel a remporté sa 48e victoire en carrière dimanche dernier et a signé son 100e podium en F1, en 199 départs dans la discipline. Il en est donc à plus de 50 % de courses finies sur le podium, une statistique remarquable !

La Scuderia a dans le même temps disputé sa 950e course et remporté son 230e Grand Prix.

Lewis Hamilton n’aura pas converti sa 73e pole position (soit cinq de plus que Michael Schumacher) en victoire.

Sa pole, samedi dernier, fut signée avec un avantage impressionnant de 664 millièmes. En 2017, Lewis Hamilton n’était jamais parvenu à créer un tel écart sauf à Monza, sous la pluie. Ferrari et Red Bull peuvent être inquiets…

C’est la première fois que Ferrari prend les commandes au classement des constructeurs depuis le Grand Prix de Monaco de l’an dernier.

Kimi Räikkönen aurait peut-être pu espérer la victoire s’il avait dépassé Lewis Hamilton au départ. Le Finlandais n’a plus gagné depuis cinq ans maintenant – il avait remporté Grand Prix d’Australie 2013 au volant d’une Lotus. Le pilote Ferrari est monté à 22 reprises sur le podium depuis… sans remporter le moindre Grand Prix, ce qui représente un record de podiums consécutifs sans victoire. Le champagne peut parfois avoir un goût amer…

Lewis Hamilton a dans le viseur un record aujourd’hui détenu par Kimi Räikkönen : s’il finit dans les points à Bahreïn, il égalera le record de 27 arrivées consécutives dans le top 10. Avant de peut-être le battre à Shanghai…

Kimi Räikkönen a pris l’avantage sur Sebastian Vettel en qualifications. Il n’y était parvenu qu’à quatre reprises l’an dernier. Il était également plus rapide que l’Allemand lors du premier relais.

Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen, le top 3 de dimanche, se partagent neuf titres de champion du monde. C’est un record pour un podium de F1, et ce depuis le Grand Prix d’Europe 2012. Fernando Alonso (deux championnats), Michael Schumacher (sept) et Kimi Räikkönen (un) étaient alors les invités prestigieux du podium valencien.

Daniel Ricciardo a échoué au pied du podium. Il semble maudit sur ses terres, puisqu’il n’a jamais signé de podium avec Red Bull à Melbourne. En 2014, il avait rallié l’arrivée à la deuxième position mais avait été disqualifié pour un problème de consommation irrégulière d’essence. Le pilote Red Bull a au moins réussi le 10e meilleur tour de sa carrière dimanche dernier, soit autant que Graham Hill, John Surtees et Mario Andretti.

Grâce à la 5e place de Fernando Alonso et à la 9e de Stoffel Vandoorne, McLaren a marqué 12 points. Au Grand Prix de Hongrie en 2015, à Monaco en 2016 et à Austin en 2016, McLaren, associée à Honda, avait réussi à en faire autant – sans faire jamais mieux. D’ores et déjà, McLaren-Renault a donc égalé un record de l’ère Honda.

C’est la première fois depuis 2014 que McLaren marque des points lors la première course de la saison. Grâce au moteur Mercedes, Kevin Magnussen et Jenson Button avaient alors fini 2e et 3e en Australie.

Valtteri Bottas partait 15e dimanche ; il a rallié l’arrivée à la 8e place, soit la meilleure progression de la course.

Avec les 11e et 12 places de Sergio Pérez et Esteban Ocon, Force India n’a pu ouvrir son compteur points. C’est la première fois depuis 14 courses que l’écurie repart avec un zéro pointé.

Marcus Ericsson est en revanche plus accoutumé à finir hors du top 10 : le Suédois en est désormais à 50 courses d’affilée passées sans marquer un seul point…

Info Formule 1

Photos

Vidéos