Formule 1

Les pilotes Toro Rosso de retour à Bahreïn

Premiers points pour l’écurie sur la piste de Sakhir ?

Recherche

Par

29 mars 2016 - 15:24
Les pilotes Toro Rosso de retour à (...)

Après l’Australie, le Grand Prix de Bahreïn se profile à l’horizon, et ce sera donc la deuxième participation à l’épreuve désertique pour les pilotes Toro Rosso. Carlos Sainz nous emmène ainsi faire un tour sur la piste de Sakhir.

« Le premier virage après le départ est très serré, et je me souviens avoir vécu des moments difficiles jusqu’au 2e virage l’an dernier, quand beaucoup de voitures se sont entassées. La course se déroule de nuit et les points de freinage changent ainsi tout au long du week-end, alors on se réfère à ce qu’on a fait lors de la 2e séance d’essais libres. »

« Je me souviens que le virage numéro 6 est toujours difficile, puisque le vent change l’équilibre de la voiture et y cause beaucoup de sous-virage. Les virages numéro 9 et 10 sont les plus difficiles, pas seulement sur cette piste mais sur l’ensemble de la saison, parce qu’il y a un double point de corde et on freine sur toute la zone, risquant ainsi de bloquer facilement les roues avant. »

« Le virage numéro 12 présente lui aussi un défi parce qu’on y est toujours à la limite : il peut se prendre à fond un tour, et on essaie de faire la même chose celui d’après sauf que le vent rend soudainement la manœuvre impossible… il est délicat, mais on éprouve beaucoup de plaisir quand on arrive à bien le prendre ! »

« Pour finir, il faut bien sortir du dernier virage. L’an dernier, nous luttions quelque peu avec notre vitesse de pointe, alors il nous fallait beaucoup de motricité en sortie. Je me rappelle que cette ligne droite était un peu trop longue pour nous… ce ne sera peut-être plus le cas cette année ! J’ai hâte d’y être et de me battre pour les points ! »

Max Verstappen garde pour sa part d’autres souvenirs.

« Le circuit de Bahreïn propose une longue ligne droite où on m’a doublé plus d’une fois l’an dernier… ce n’est pas une sensation agréable, et dans sa tête on se dit ‘Allez ! Allez ! ». C’est frustrant, mais il n’y a pas grand-chose à faire quand une autre voiture est plus rapide que la vôtre. »

« Je me souviens aussi qu’il y avait beaucoup de drapeaux nationaux sur la gauche après les trois premiers virages. Je les avais vus pour la première fois en inspectant le circuit, mais j’avais parfois eu l’occasion de les regarder en pilotant. »

« Les virages 5, 6 et 7 étaient assez difficiles à bien prendre quand il faisait nuit parce que les points de freinage avaient changé, mais ça reste une partie agréable du circuit car j’aime les courbes rapides. Les virages 9 et 10 sont assez compliqués et on peut bloquer les roues avant et faire un plat sur ses pneus. »

« C’est généralement particulier de courir en soirée, quand la nuit tombe. Espérons que nous inscrirons quelques points ici cette année, parce que Toro Rosso n’en a jamais marqué à Barheïn ! C’est donc un bon objectif que nous tâcherons d’atteindre. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less