Formule 1

Les pilotes Haas fatalistes après leur contre-performance à Sepang

Pas de regrets, c’est peut-être le plus inquiétant

Recherche

Par A. Combralier

30 septembre 2017 - 13:42
Les pilotes Haas fatalistes après (...)

Sur la lancée d’un vendredi problématique, Haas n’a pu redresser le tir en qualifications. Les deux monoplaces américaines ont été éliminées en Q1, avec Romain Grosjean devant Kevin Magnussen. A noter que le Français a établi son meilleur temps en tendres (les supertendres ont du mal à fonctionner sur sa voiture).

Après l’accident de la veille, la monoplace de Grosjean a été réparée pendant la nuit. Sans les dernières évolutions, faute de pièces de rechange, le Français a tout de même battu son coéquipier.

« C’est assez incroyable de voir ce que l’équipe a été capable de faire après l’accident d’hier. C’est vraiment une équipe formidable et cela montre combien nous nous sommes améliorés depuis nos débuts en F1. Ils ont réussi à réparer la voiture après le couvre-feu, mais en très peu de temps tout de même. Je suis très fier d’eux. »

« Malheureusement, nous avons été sortis en Q1. Nous allons tout analyser, autant que possible. Nous faisons vraiment de notre mieux, mais lors de ces dernières courses, nous n’avions simplement pas assez de performance. Nous savons que les supertendres ne sont pas les pneus qui nous conviennent le mieux, en général. Nous souffrons à en trouver la bonne fenêtre de fonctionnement. Nous devons simplement continuer à travailler, nous sommes dans le même bateau, il faut travailler dur. Cela paiera à un moment donné. Demain, c’est une longue course, il fera très chaud. La météo peut être délicate… »

Kevin Magnussen partira 17e, juste derrière son coéquipier, et n’a pas le sentiment qu’il pouvait atteindre la Q2 aujourd’hui.

« Mon ressenti n’était pas trop mauvais. La voiture n’est juste pas compétitive. C’est difficile pour nous mais c’est ainsi. La voiture n’est pas lente, elle était rapide à d’autres occasions, pendant d’autres courses. Nous ne sommes simplement pas constants dans certains domaines. Nos performances varient trop en raison d’un certain facteur. Nous y travaillons. L’essentiel, c’est d’avoir désigné une bonne base de départ pour la voiture. Simplement, ça ne marche pas parfois, et aujourd’hui, c’était le cas. »

Gunther Steiner, le directeur de l’équipe, avait la mine des mauvais jours.

« Notre week-end ne s’améliore pas. Rien de pire ne peut vraiment nous arriver pour demain. Nous connaissons ce genre de week-end où rien ne semble aller dans la bonne direction. Nous devons simplement essayer de faire de notre mieux avec ce que nous avons demain. »

expand_less