Formule 1

Les pannes mécaniques provoquent parfois un désamour de la F1 pour Ricciardo

Il a compris très jeune que c’était hors de contrôle

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 novembre 2018 - 13:13
Les pannes mécaniques provoquent (...)

Daniel Ricciardo a reconnu avoir été lassé par ses problèmes mécaniques en cette deuxième partie de saison 2018, notamment après celui du Mexique ayant causé son abandon alors qu’il était deuxième de la course. S’il ne cherche pas de responsable à ses problèmes, il admet volontiers un agacement face à cette malchance.

"Je ne pense pas que ce soit parce que l’un de mes mécaniciens ne fait pas correctement quelque chose, je pense que ce sont des coïncidences mécaniques et cela fait partie des raisons pour lesquelles, parfois, je n’aime pas ce sport" admet l’Australien de manière très honnête.

"Je l’ai su dès mon plus jeune âge. Je me souviens quand j’avais neuf ans, j’ai d’abord commencé à courir en karting. Un week-end, mon kart ne voulait pas rouler. Il n’arrêtait pas d’avoir des ratés, nous avons même changé le tuyau d’alimentation en carburant. Nous avons tout tenté, et rien ne fonctionnait. Nous sommes revenus le week-end suivant, c’était une journée d’essais, je n’avais pas touché mon kart puisque nous l’avions jeté dans le van, on l’a remis en piste et tout allait bien."

Ce jour fut une révélation pour lui, au sujet des possibles frustrations dans ce métier : "De ce jour, j’ai compris que les véhicules motorisés sont... bizarres. Je dirais bizarre. Il y a bien plus de mots que je pourrais utiliser. Mais bizarre, étrange. Et c’est tout ce que c’est, parfois ça ne fonctionne pas et il n’y a pas d’explications."

expand_less