Formule 1

Les motoristes minimisent l’effet de la combustion d’huile sur la performance

Une faille réglementaire a néanmoins été comblée

Recherche

Par A. Combralier

15 mai 2018 - 16:00
Les motoristes minimisent l'effet de (...)

L’un des points réglementaires qui fait le plus débat depuis le début de saison, est la combustion de l’huile et son utilisation comme carburant. La FIA entend d’ailleurs contrôler plus étroitement les motoristes sur ce point.

Mais à quel point cette potentielle faille réglementaire est-elle efficace pour l’utilisation de toute unité de puissance ? Rémi Taffin, le responsable moteur pour Renault, ne peut pour le moment répondre à cette question – et pour cause.

« Nous pouvons vous donner une réponse courte : nous n’avons jamais utilisé ce procédé de combustion d’huile… Mais simplement, nous sommes limités en termes de débit d’essence, donc bien sûr, plus vous trouvez de combustible pour le moteur thermique, plus de puissance vous pourrez en tirer. C’est aussi simple que ça. »

Mattia Binotto, le directeur technique de Ferrari, a apporté une clarification technique sur un sujet qui pourra sembler complexe pour bien des profanes.

« Tout d’abord, nous discutons des règles autour de la consommation d’huile, non de la combustion d’huile. Et nous devrions distinguer [du problème de la combustion d’huile] ce que la FIA a fait cette saison pour réduire la consommation générale d’huile – l’utilisation moyenne de carburant en course a été réduite à 0.6 litre tous les 100 km. Je pense que tous les manufacturiers s’y tiennent simplement. »

« La FIA contrôle tout cela certainement à chaque session. Elle a toutes les données, la télémétrie… et je suis sûr que les manufacturiers se conforment simplement aux règlements. »

« A quel point est-ce que cela affecte la performance ? Cela peut avoir une influence… mais si vous regardez la performance d’une unité de puissance aujourd’hui comparée à celle de l’an dernier, alors, je pense que c’est à peu près équivalent, donc je ne pense pas que l’influence [de cette limitation resserrée] soit vraiment importante. »

Andy Cowell, qui fut derrière la conception du V6 Mercedes, reconnaît qu’il y avait « des failles réglementaires » jusqu’à l’an dernier – failles que la FIA « a comblées » selon lui.

« Et nous travaillons tous de toute façon avec la FIA pour régler ce genre de problèmes et ensuite, nous travaillons avec eux pour arriver à des règlements qui s’assurent de se concentrer en priorité sur l’amélioration de l’efficience thermique des moteurs et de l’efficience thermique des systèmes hybrides. »

Toyoharu Tanabe, pour Honda, se contente de préciser que sa marque « suit » les règles de la FIA.

« Et je ne sais pas grand-chose, en fait, des gains de ce système [de combustion d’huile]. Nous suivons juste les réglementations de la FIA. »

expand_less