Formule 1

Les moteurs 2021 devraient être proches des V6 actuels

Leur utilisation sera surement revue en profondeur

Recherche

Par Emmanuel Touzot

2 octobre 2018 - 10:02
Les moteurs 2021 devraient être (...)

Le règlement moteur pour 2021 n’a pas encore été officialisé, ce qui pousse les directeurs d’équipe à la prudence, à l’image de Cyril Abiteboul qui ne veut pas se prononcer sur les bons et les mauvais points de celui-ci. Néanmoins, le Français pense que le gros changement annoncé ne sera pas mis en place et que ce seront des détails d’utilisation qui changeront, plus que les moteurs eux-mêmes.

"Je crois que la FIA n’a pas encore confirmé l’ensemble de règles et de modifications réglementaires pour 2021, et je ne voudrais donc pas porter atteinte à sa crédibilité à cet égard" déclare un Abiteboul prudent. "Mais je pense que ce que nous pouvons dire, c’est que la plupart des règlements techniques sont établis et similaires aux règlements actuels, mais c’est la façon dont nous utilisons le moteur, avec plus de carburant, plus de débit de carburant, plus de régimes qui sera différente."

"C’est également confirmé parce que nous acceptons tous que nous devons faire mieux, fournir un meilleur produit pour le spectacle, pour les fans, pour les voitures, des voitures qui deviennent de plus en plus lourdes, donc nous avons besoin de plus de puissance, parce que cela doit rester une formule avec un bon rapport poids / puissance."

L’autre chapitre du règlement 2021 portera sur l’aspect extra sportif, notamment les budgets limités des équipes : "Je pense qu’il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne le règlement sportif et la limite financière en ce qui concerne les moteurs, notamment le nombre exact alloué, les obligations des fournisseurs, les limitations possibles des bancs d’essais."

"Nous ne faisons que donner le coup d’envoi à ce processus, qui est un processus important, parce que tout cela va vraiment définir le modèle économique, qui doit être attrayant à la fois pour les fabricants et pour les équipes clients."

Toto Wolff, directeur de Mercedes, est d’accord avec ce point de vue, et les deux hommes tombent également d’accord sur l’importance de limiter le fonctionnement des bancs d’essais et les processus qui coûtent énormément aux motoristes : "Je pense que les restrictions fonctionnent très bien du côté aéro et ce serait le moyen de limiter les dépenses" conclut Wolff, adoubé par Abiteboul.

expand_less