Formule 1

Les audiences TV et numériques de la F1 sont en hausse

Le sport se développe nettement mieux qu’avant Liberty

Recherche

Par Emmanuel Touzot

19 janvier 2019 - 12:46

Les audiences de la Formule 1 concernant l’année 2018 ont été publiées et montrent une augmentation de 10 % du nombre de téléspectateurs uniques. Un total de 490,2 millions de téléspectateurs a été recensé mondialement.

Le marché a progressé aux Etats-Unis à 34,2 millions de téléspectateurs uniques, derrière le Brésil, qui a affiché 115,2 millions de téléspectateurs, et devant la Chine avec 68 millions. C’est le triple du chiffre enregistré en 2017 dans l’Empire du Milieu.

Le audiences télévisuelles dans les 20 pays principaux ont augmenté de 3 % pour atteindre 1,59 milliard, tandis que l’audience totale s’élève à 1,758 milliard.

Le Grand Prix le plus regardé dans le monde a été Monaco avec 110 millions de téléspectateurs, soit 10 % de mieux qu’en 2017. Les courses de Bahreïn, du Castellet, de Spielberg, de Silverstone, de Monza et de Mexico ont toutes dépassé 90 millions de téléspectateurs.

"Dans le monde actuel, avoir un nombre qui n’est pas en baisse est déjà une belle performance" a déclaré Matt Roberts, le directeur de la recherche marketing de la F1. "Nous sommes heureux d’avoir une progression pour la deuxième année consécutive après de nombreuses années de déclin."

Grâce aux moyens déployés par Liberty Media pour développer la Formule 1 sur les réseaux sociaux et dans le monde numérique, et compte tenu du peu de travail qui avait été effectué à ce sujet sous le règne de Bernie Ecclestone, la F1 a été le sport avec le plus gros développement pour la deuxième année consécutive, avec une augmentation de 53,7 % de ses fans sur les plateformes sociales que sont Facebook, Twitter, Instagram et YouTube, pour atteindre 18,5 milliards.

La fan base calculée pour la F1 est de 506 millions de personnes, dont 205 millions en dessous de 35 ans. Le travail pour séduire un jeune public fonctionne un peu mieux avec 61 % de nouveaux fans en dessous de 35 ans, mais seulement 36 % sous les 25 ans.

FOM (Liberty Media)

expand_less