Formule 1

Leclerc n’est pas frustré par le comportement des Pirelli

C’est même un défi nécessaire selon Ericsson

Recherche

Par Olivier Ferret

11 décembre 2018 - 14:10
Leclerc n'est pas frustré par le (...)

Pirelli a dévoilé ses choix pour les 4 premiers Grands Prix de la saison 2019 et le manufacturier italien ne semble pas avoir prix de risques excessifs en allant vers des pneus trop tendres.

Il faut toutefois noter que, pour le moment, on ne sait pas encore quelles sont les équivalences entre les pneus de 2019 et ceux de 2018 concernant les gommes. Entre 2017 et 2018, Pirelli a décalé d’un cran sa gamme vers des pneus plus tendres. En sera-t-il de même pour 2019 ?

Ces pneus ne devraient toutefois pas changer la règle du jeu selon Charles Leclerc, le pilote Ferrari.

"D’après nos essais à Abu Dhabi, le comportement reste assez similaire. Il faudra continuer à gérer la dégradation des pneus en course, c’est un fait," explique-t-il.

"Je ne trouve pas cela frustrant toutefois," ajoute le Monégasque. "Je trouve que c’est aussi un défi intéressant pour nous, les pilotes, d’essayer de pousser au maximum ces pneus à leurs limites sans les dépasser, sinon vous les détruisez."

Ce n’est évidemment pas ce que réclament les fans en majorité, qui préféreraient voir des pilotes s’attaquer en course du début à la fin.

"Evidemment, si Pirelli nous fournissait de tels pneus, j’en serais aussi extrêmement content. C’est juste un style différent à adopter."

Pour Marcus Ericsson, son ancien équipier chez Sauber, ça ne peut pas se faire pour l’instant.

"Tant que les F1 seront trop perturbées par le flux aéro des voitures devant, les pilotes ne pourront pas attaquer avec leurs pneus. Qu’ils puissent faire le Grand Prix en entier ou non avec un seul train de pneus. Il faut donc de la dégradation et des arrêts, un ou deux, tant que ce problème aéro ne sera pas réglé."

Ferrari

Pirelli

expand_less