Leclerc : Il y a tant de boutons à apprendre sur le volant, c’est fou…

Un vrai palier de franchi

Recherche

Par Alexandre C.

31 mars 2018 - 15:15
Leclerc : Il y a tant de boutons à (...)

Charles Leclerc n’a commis aucune faute durant son premier week-end de Grand Prix et s’est même offert le luxe de battre la Williams de Lance Stroll en course.

En coulisses néanmoins, le Monégasque a dû fournir beaucoup d’efforts pour franchir le palier séparant la F2 de la F1.

« Ce fut probablement l’un de mes week-ends les plus difficiles de toute ma carrière. En formules junior, OK, vous passez d’une série à l’autre, vous avez juste plus de puissance et plus d’appui. C’est pourquoi je parvenais à être rapide assez vite » confie le pilote Sauber.

« Mais pour être honnête en F1, il y a beaucoup d’éléments nouveaux, beaucoup de personnes à connaître, et en particulier tant de boutons à maîtriser, c’est fou… Et ça vous aide vraiment quand vous savez ce que pouvez faire avec ces boutons, ils sont si utiles… Le potentiel d’amélioration est immense de ce côté et cela viendra avec l’expérience. »

Charles Leclerc s’est presque hissé à la hauteur de Marcus Ericsson en qualifications. Il sait que sa marge de progression est plus importante que celle de son coéquipier plus expérimenté.

« L’écart n’est pas vraiment représentatif parce que j’ai commis une erreur. Mais au bout du compte c’est arrivé… Peut-être qu’il a aussi des endroits où s’améliorer donc c’est ainsi pour le moment. Je vais essayer de tout mettre ensemble la prochaine fois. Les qualifications étaient l’un de mes points forts l’an dernier en F2. Mais la F1, c’est une division au-dessus. Et je n’ai pas été aidé par les conditions, je n’ai pas pu tout mettre ensemble. »

« C’est aussi une question d’habitude parce que bien sûr en F2 vous finissez vos qualifications et si elles se sont bien passées, vous dormez sur le canapé et vous vous réveillez aussi 10 minutes avant la course pour aller sur le circuit. En F1 c’est un peu plus complexe parce que bien sûr, de nos jours, vous êtes beaucoup plus occupé. Mais cela fait partie du métier. »

La F1 est donc dans l’ensemble beaucoup plus complexe à maîtriser que la F2 pour Charles Leclerc, peut-être plus encore qu’attendu. L’exception qui confirme la règle ? Les départs !

« En F2 il est peut-être probablement un peu plus difficile de prendre de bons départs. Vous n’avez aucune aide en F1 mais les systèmes sont si développés qu’il est peut-être un peu plus facile de prendre un bon départ, et si votre départ est mauvais, vous ne perdez pas autant de temps qu’en F2. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos