Formule 1

Leal obtient sa super-licence avec son test chez Caterham

Le Colombien a réalisé tout juste 300 kilomètres

Recherche

Par

10 juillet 2014 - 16:50
Leal obtient sa super-licence avec (...)

Julián Leal a obtenu hier sa première expérience en Formule 1 à bord de la CT05 de l’équipe Caterham. Le Colombien a connu un début de journée compliqué, marqué par un problème avec le moteur Renault, mais a finalement pu réaliser 51 tours, le meilleur en 1:42.635. Le pilote Carlin en GP2 Series est ravi de sa journée : avec les 300,44 kilomètres parcourus, il obtient sa super-licence.

« Je tiens à remercier tout le monde chez Caterham pour m’avoir aidé aujourd’hui [hier]. Grimper en F1 a toujours été mon objectif et aujourd’hui, il est devenu réalité pour la première fois grâce au travail acharné de beaucoup de gens. Nous avons bouclé 51 tours, un peu plus que les 300 kilomètres nécessaires pour obtenir la super-licence donc je suis très heureux que nous ayons atteint notre objectif principal », a déclaré Leal.

« Je suis sorti pour un tour d’installation juste après 9h mais quand je suis rentré aux stands, la voiture a calé. Nous l’avons récupérée et après l’avoir inspectée l’équipe a découvert que le CU-H, l’unité de contrôle du MGU-H, avait cassé. Cela a causé un certain nombre d’autres problèmes qui ont demandé beaucoup de temps de réparation à l’équipe, mais ils ont beaucoup travaillé et juste avant 15h nous avons pu reprendre la piste pour un second tour d’installation. »

Avec ce soucis mécanique, qui a demandé beaucoup de temps de réparation, Caterham a dû renoncer à faire rouler Rio Haryanto dans l’après-midi. Leal a ainsi pu boucler ses 300 kilomètres, nécessaires pour obtenir la super-licence.

« Cette fois tout allait bien, donc nous sommes partis sur un premier long run en pneus médiums. La voiture était bien mais avec le retard pris, nous n’avons pas vraiment eu la chance de travailler sur le set-up - mais pour ma première expérience en F1, c’était bien. J’étais rapidement à l’aise avec l’équilibre de la voiture, mais le freinage était assez différent de ce à quoi j’étais habitué mais dans l’ensemble, j’étais plus à l’aise à chaque tour », explique le Colombien.

« Mon dernier run devait se faire en pneus softs, et c’est dommage de ne pas avoir eu la chance de les tester à cause du drapeau rouge. Toute la journée j’ai roulé avec beaucoup d’essence et si nous avions eu la chance de faire un run sur les softs en cherchant la performance, j’aurais fini avec un chrono plus rapide mais dans l’ensemble, je suis satisfait du déroulement de la journée. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less