Formule 1

Le plafond budgétaire, une solution qui ne sera pas miraculeuse

Les patrons ne misent pas tout dessus

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 octobre 2018 - 14:23
Le plafond budgétaire, une solution (...)

Le règlement de la Formule 1 devrait comporter un plafonnement budgétaire à l’horizon 2021, lorsque la discipline fera un grand virage réglementaire. Fred Vasseur estime que cela ne permettra pas immédiatement aux petites équipes de se rapprocher des plus grandes, justifiant cela par le fait que l’avance prise par les équipes de pointe, notamment sur le plan technologique, leur assurera un

"Même si vous introduisez un plafonnement des coûts en 2021 ou peu importe, je pense qu’ils ont tellement investi sur le plan technique qu’il nous sera tout à fait impossible de combler l’écart immédiatement, mais je pense que dans ce cas nous aurions quelques avantages" analyse le directeur de Sauber. "Je pense que nous avons l’habitude de ce genre de budget et que ce n’est pas le cas pour eux, et qu’à un certain moment, cela pourrait être un avantage. Mais sur la première partie de l’accord, ils capitaliseront sur les avantages qu’ils avaient déjà."

Pour Günther Steiner, directeur de Haas, il faudra également plus de temps que la simple application d’un plafond budgétaire fraîchement décidé : "Je pense qu’il est très difficile de dire combien de temps il faudra pour que les équipes se rapprochent les unes des autres. Ce sera encore plus difficile de faire une prédiction à ce sujet, il s’agira d’un tout nouveau règlement, sportif, financier et technique en 2021, donc je ne ferais pas de pronostic à ce sujet. Et je suis d’accord avec Fred pour dire que les trois grandes équipes auront un avantage au départ."

"De plus, leurs installations pour essais et l’ensemble de leurs infrastructures sont beaucoup plus développées que ce que nous avons, de sorte qu’ils auront un avantage. Je pense que l’objectif n’est pas de les dépasser en 2021, ni de gagner des courses, mais de combler l’écart et que chacun ait une chance de finir sur le podium ou au moins de lutter pour l’atteindre. On veut aussi garder les dix équipes et proposer un beau spectacle. C’est le but, que nous n’ayons pas ces deux spectacles différents et que nous ne sachions pas vraiment si nous courons ensemble ou non."

Pour sa part, le directeur de Toro Rosso, Franz Tost, attend de voir si le règlement permettra un resserrement dans la hiérarchie : "Cela dépend beaucoup des règlements techniques, car si les règlements techniques ne sont pas modifiés de façon radicale, je peux vous dire que rien ne changera vraiment, surtout en ce qui concerne 2021 et 2022."

"Pourquoi ? Parce que les meilleures équipes peuvent investir autant qu’elles le souhaitent en 2020 pour développer la voiture pour 2021 et qu’une fois qu’elles auront ce gros avantage, il sera difficile pour les autres équipes de rattraper leur retard. Cela dépend maintenant de la réglementation que la FIA proposera. S’ils minimisent réellement le développement et si des pièces standard sont utilisées, l’écart sera peut-être comblé plus tôt. Sinon, il faudra attendre jusqu’en 2023 ou 2024, quelque chose comme ça, parce que le plafond budgétaire réel arrivera en 2023."

expand_less