Formule 1

Le manque d’expérience a coûté la 4e place à Haas selon Steiner

Renault n’est plus pointée du doigt

Recherche

Par A. Combralier

6 décembre 2018 - 12:50
Le manque d'expérience a coûté la 4e (...)

En début de saison tout particulièrement, Haas disposait nettement de la 4e monoplace la plus rapide du plateau. Pourtant, l’écurie américaine a été devancée par Renault au classement des constructeurs, après avoir manqué de nombreuses opportunités de marquer des gros points. Ainsi, au Grand Prix d’Australie, Haas avait gâché 22 unités en serrant mal les roues de ses deux pilotes aux stands…

Des disqualifications en Italie et aux États-Unis ont aussi compliqué la deuxième moitié de saison de Haas, sanctionnée pour n’avoir pas respecté le règlement. Au tribunal de la FIA, la jeune équipe a bataillé, sans succès, pour récupérer les points perdus à Monza, suite à la plainte de Renault.

Pour autant, Günther Steiner ne veut pas aujourd’hui invoquer ces batailles judiciaires perdues, pour justifier la position finale de Haas au classement des constructeurs. Selon son directeur d’écurie, Haas doit avant tout s’en prendre à elle-même pour avoir raté tant d’occasions.

« Si nous n’avons pas fini 4e, c’était de notre propre faute. Mais si c’est notre propre faute, c’est parce que cela fait aussi partie de notre apprentissage en tant qu’équipe. Vous ne devez jamais oublier que nous en sommes seulement à notre troisième saison, et finir 5e est formidable. »

« Nous avons été aussi la première des écuries privées au classement des constructeurs, parce que les équipes devant nous sont toutes des écuries d’usine, sauf peut-être Red Bull, mais Red Bull fonctionne comme une écurie d’usine – Red Bull n’est pas une écurie privée, c’est une équipe très bien dotée financièrement et bien établie. »

« Bien sûr, nous partageons ce sentiment selon lequel ‘nous aurions pu finir 4e’, mais ce genre d’hypothèse ne peut rien pour vous. Donc j’ai décidé d’être heureux de cette 5e place. »

Pour Günther Steiner, ces points ont été gaspillés avant tout en raison de l’inexpérience de Haas. Avec plus de bagage, le directeur d’écurie pense que Haas aurait dès lors réussi à battre Renault.

« Je le penserais, oui, mais pour moi, il est important, si vous commettez une erreur – je ne dis pas que c’est bien – de ne plus la refaire. Cela s’appelle apprendre de ses erreurs. Comme en Australie, lors de nos arrêts aux stands désastreux… Nous n’en avons pas refait de tel après. Nous étions très solides, nous occupions de très bonnes positions, il fallait juste s’assurer de les conserver. »

« Nos arrêts aux stands après Melbourne étaient bien sûr plus lents qu’il était souhaitable, mais c’était la bonne chose à faire jusqu’à ce que nous retrouvions notre confiance et remettions en ordre nos procédures. Nous avons bien agi, personne n’a accusé un autre membre de l’équipe. Nous avons dit ‘OK, nous devons mieux faire que ça’ et nous l’avons fait. »

« C’est un exemple parmi d’autres des progrès que nous avons faits cette année. Il y a beaucoup de choses qu’on ne voit pas de l’extérieur, mais pour nous c’est très visible. Mais il y a beaucoup de travail. »

Haas F1

expand_less