Formule 1

Le calendrier surchargé a empêché Lowe de prendre du recul

Une division du travail à revoir chez Williams ?

Recherche

Par Valentin Vilnius

27 décembre 2018 - 15:25
Le calendrier surchargé a empêché (...)

Contrairement à Sauber, qui disposait d’une voiture fort lente à Melbourne, Williams n’a jamais su redresser la barre et se replacer en milieu de grille. Empêtrée avec une monoplace mal née fourmillant de problèmes de conception, l’équipe technique emmenée par Paddy Lowe a dû se résoudre, le plus souvent, à la dernière ligne.

Pour expliquer les déboires de Williams à relever la tête en cours de saison, Paddy Lowe brandit quelques arguments. Le premier d’entre eux est le rythme effréné d’une saison à 21 courses, dont trois d’affilée pour la première fois. Dans ce contexte, il est difficile de s’évader de la frénésie d’un week-end de Grand Prix pour se concentrer sur les problèmes de fond de l’écurie.

« C’est une si longue saison, 21 courses… c’est un test d’endurance. Et c’était le pire test qui soit pour nous, avec les trois courses d’affilée durant l’été, suivies par deux courses d’affilée. Donc, un week-end de libre sur six… C’était si intense pour moi que mon cerveau avait cessé de mémoriser les événements ! »

« Donc je n’ai aucune idée de ce qui est arrivé pendant deux mois, parce que pour moi, c’était juste un tourbillon, il se passait trop de choses en trop peu de temps. Et je sais que beaucoup d’autres personnes ont aussi ressenti cela. Donc j’ai bien compris que cette situation ne se reproduirait plus à l’avenir. Même les fans étaient probablement trop fatigués par cet enchaînement au cœur de l’été. »

La 12e place de Lance Stroll à Silverstone, à domicile, fut le meilleur résultat de Williams lors de ces trois courses d’affilée. Mais qu’on ne s’y trompe pas, le bilan était particulièrement inquiétant, y compris en Angleterre. Ainsi, Williams avait dû faire partir ses deux voitures des stands après une défaillance du DRS en qualifications, qui avait causé des têtes-à-queue…

Cet hiver, Paddy Lowe peut enfin réfléchir plus longuement aux problématiques structurelles de Williams. Inutile de dire qu’il a de quoi faire !

« J’ai appris les leçons de ces 18 mois me concernant. J’ai été assez chanceux pour travailler dans une équipe qui était à l’avant de la grille, Mercedes. Dans ces conditions, vous courez avec une certaine perspective, vous avez un certain contexte en tête. »

« L’une des erreurs que j’ai commises était d’arriver avec cet état d’esprit chez Williams, et de penser qu’il n’y avait que quelques choses en particulier à faire pour nous placer dans une bien meilleure position. Mais notre projet est à une échelle beaucoup, beaucoup plus importante. »

« Donc je pense que nous avons fait des changements très positifs, et tout le monde est très enthousiaste à leur sujet. Nous ne les imposons pas, mais nous les construisons en travaillant avec tout le monde, dans un processus de transformation. Tout le monde est d’accord sur ce point. Nous n’allons pas afficher d’objectifs aujourd’hui pour le court terme. Nous entendons être meilleurs l’an prochain, mais je ne vais pas chiffrer cet objectif. »

Williams F1

expand_less