Formule 1

Le baromètre Nextgen-Auto : Sepang (2/19)

Le bilan noté du Grand Prix

Recherche

Par

30 mars 2014 - 18:10
Le baromètre Nextgen-Auto : Sepang (...)

Comme à chaque course désormais, voici le bilan du Grand Prix de Formule 1 avec des notes pour chaque pilote, en tenant compte de leurs performances et également des performances de leurs montures, des incidents de course et autres paramètres ayant facilité ou compliqué le dimanche des pilotes. Enfin, il faut garder à l’esprit que ces notes engagent avant tout leur auteur qui essaie autant que possible de rester impartial et objectif.

Lewis Hamilton - 20/20

Il est rare de pouvoir mettre une telle note à un pilote, mais lorsqu’il signe la pole position, le meilleur tour en course et qu’il remporte le Grand Prix près de vingt secondes devant son équipier en n’ayant pas lâché la tête de la course, on ne peut que s’incliner devant tant de maîtrise. Hamilton envoie un signal fort à ses rivaux, Nico Rosberg en premier, prouvant qu’il faudra compter sur lui pour le titre. Beau geste ajoutant encore de la superbe à sa victoire, le Britannique a tenu à dédier sa victoire aux disparus du vol MH370, l’avion disparu qui a grandement affecté la Malaisie ces dernières semaines.

Nico Rosberg - 16/20

Difficile de jeter la pierre à Nico Rsoberg, puisque le vainqueur du précédent Grand Prix a tenu la distance à un rythme suffisant pour s’adjuger une belle deuxième place et conforter ainsi son avance au classement. Toutefois, l’Allemand peut s’inquiéter assez sérieusement de voir son équipier évoluer sur une autre planète et ne pas avoir eu une seule chance de lui ravir la première place, ni même de la disputer.

Sebastian Vettel - 17/20

Revanchard après un abandon prématuré en Australie, Vettel retrouve les joies du podium après un week-end difficile il y a deux semaines. Qualifié entre les Mercedes, le champion du monde n’a pu lutter contre les flèches d’argent en course, notamment à cause d’une consommation trop élevée de sa Red Bull qui l’a forcé à ralentir la cadence. Solide et largement devant son équipier, Vettel signe son retour aux affaires et montre qu’il faudra compter sur lui aux avant-postes.

Fernando Alonso - 15/20

Les courses se suivent et se ressemblent pour Alonso puisqu’après Melbourne, et dans la lignée des saisons précédentes, l’Espagnol s’est battu pour les accessits en Malaisie et termine au pied du podium au volant d’une Ferrari qui ne semble toujours pas valoir mieux. La comparaison est difficile à faire avec la monoplace sœur puisque Raikkonen a vraisemblablement piloté une monoplace abîmée suite au contact avec Magnussen. Alonso n’a cependant pas démérité et sa manière d’aller chercher la quatrième place lui vaut une belle note.

Nico Hulkenberg - 18/20

Bien qu’il soit encore difficile de juger la Force India, Hulkenberg explose course après course et a encore livré à Sepang une belle prestation en luttant avec Fernando Alonso. L’Allemand termine à une gratifiante cinquième place et, en dépit d’avoir piloté la seule monoplace indienne durant toute la course suite à l’abandon de Perez au départ, l’écart de près de deux secondes en sa faveur en qualifications est très significatif. De quoi faire regretter à certaines écuries de l’avoir boudé ?

Jenson Button - 13/20

Après la prestation impressionnante des McLaren à Melbourne, on en attendait clairement mieux ce week-end en Malaisie. Dominé par son jeune équipier en qualifications, Button a corrigé le tir en course, profitant des déboires de l’autre MP4-29 pour finir largement devant. Il n’est cependant pas certain que le résultat brut aurait été le même si Magnussen ne s’était pas accroché avec Raikkonen.

Felipe Massa - 14/20

Piégé en qualifications par des conditions exécrables dans lesquelles la Williams semble très difficile à piloter, Felipe Massa partait de loin au départ du Grand Prix. La piste sèche aidant, Felipe Massa a pris un bon départ et a pu se battre avec les McLaren. En difficulté en fin de course avec des pneus plus usés que son équipier, Felipe s’est vu intimé l’ordre de laisser passer son équipier, ordre qu’il a décidé d’ignorer. Un choix délicat, mais indispensable pour Felipe qui veut garder la possibilité de mener l’équipe anglaise si celle-ci se bat pour la victoire plus tard dans la saison. Il marque ses premiers points au terme d’une course sans faute.

Valtteri Bottas - 11/20

Pourtant auteur d’une belle course, Valtteri Bottas n’a pas impressionné à Sepang. Dominé tout le week-end par Felipe Massa, Bottas a surtout donné une piètre image en qualifications gênant bon nombre de pilotes. Cela lui a d’ailleurs valu trois places de pénalités au départ et deux points en moins sur son permis à points. L’autorisation de passer Massa n’a pas suffi, le Brésilien ayant décidé de s’opposer aux consignes, données très tôt dans la saison pour une moyenne septième place. L’ambiance promet d’être chaude chez Williams dans les prochaines semaines !

Kevin Magnussen - 12/20

Déjà considéré comme l’un des favoris après son podium lors de sa première course, Magnussen a subi la baisse de régime de sa monoplace et a quand même devancé son équipier en qualifications. En course, il en fut autrement puisqu’un incident de course avec Kimi Raikkonen, jugé de sa responsabilité par les commissaires, a gâché sa course. Le pilote a également reconnu ses torts après la course. Un peu de précipitation logique chez un jeune pilote mais aux conséquences fâcheuses pour lui et son rival. Cependant, on peut noter qu’après avoir dominé Button en qualifications, Magnussen a signé un meilleur tour en course plus rapide de près d’une seconde que celui de son équipier.

Daniil Kvyat - 15/20

Deuxième course de sa carrière et deuxième arrivée dans les points, Daniil Kvyat prouve que Melbourne n’était pas un feu de paille. Celui qui est le plus jeune pilote de l’histoire à avoir inscrit des points ajoute un top 10 à son palmarès après avoir raté la Q3 pour un rien hier. Seulement deux courses ont été disputées, mais le choix conjoint de Franz Tost et Helmut Marko semble payer puisque Kvyat est déjà dans le coup.

Romain Grosjean - 15/20

C’est l’une des surprises de cette course, les Lotus semblent avoir résolu une partie de leurs problèmes de fiabilité. Romain Grosjean termine à la porte des points au terme d’une belle bataille contre Kimi Raikkonen, malgré les problèmes de jeunesse dont souffre encore sa E22. Après l’accession en Q2 hier, Grosjean montre que l’équipe d’Enstone progresse et prouve qu’il est prêt à saisir la moindre opportunité de résultat. Si Lotus fournit des améliorations suffisantes au retour en Europe, le début de saison calamiteux pourrait n’être qu’un mauvais souvenir.

Kimi Raikkonen - 13/20

Quelle a été la réelle performance de Raikkonen aujourd’hui ? Difficile à dire après l’accrochage dont il a été victime suite à une erreur reconnue par Kevin Magnussen. Sa crevaison aura sûrement perturbé le fonctionnement de sa monoplace et sa remontée n’en fut pas moins belle, mais Kimi Raikkonen n’arrive pas à prouver qu’il peut lutter avec son équipier actuellement. En difficulté pour des raisons indépendantes de son pilotage en course, le Finlandais subit la loi d’Alonso en qualifications, et les conditions difficiles d’hier ont poursuivi cette tendance. Il reste l’un des meilleurs pilotes de Formule 1, bien évidemment, mais ne se montre pas sous son meilleur jour jusqu’ici. Cependant, si quelqu’un a les moyens d’inverser la tendance, c’est certainement Iceman.

Kamui Kobayashi - 14/20

Cette course en Malaisie aura permis à Kamui Kobayashi de parcourir ses premiers tours de la saison, après son abandon prématuré en Australie. C’est à une belle treizième place qu’il termine le Grand Prix, profitant toutefois d’un bon nombre d’abandons tardifs. La Caterham semble aller mieux qu’à Melbourne même si l’écart en qualifications était conséquent avec le reste du peloton. Une course sage de la part du Japonais et une fiabilité assez inattendue de sa monture. Résister un tour complet à une Ferrari, même blessée, aura sûrement été le meilleur moment de son Grand Prix.

Marcus Ericsson - 12/20

Le jeune Suédois n’a pas démérité en ramenant sa CT-05 à l’arrivée. Son week-end est cependant loin d’être parfait après une place de bon dernier en qualifications et un accident vendredi. Tout cela fait partie de l’apprentissage et Ericsson est toutefois convaincant à défaut d’impressionner. La marge de progrès est encore grande.

Max Chilton - 10/20

A la lutte avec les Caterham en qualifications, et nettement derrière son équipier lors de cet exercice, Chilton n’a pu suivre les monoplaces vertes en course et termine nettement dernier. Une piètre prestation alors que sa monoplace semblait pouvoir donner plus que ce qu’il a montré. Bianchi a repris l’avantage au sein de l’équipe et c’est finalement là qu’est le réel enjeu.

Daniel Ricciardo - 14/20

La course de Daniel Ricciardo a été un fiasco, mais le pilote Australien n’en est que peu responsable. Une petite erreur de précipitation de sa part lui a coûté très cher et ruiné ses chances de bien figurer. Après un début de course réussi dans le sillage de son équipier, Ricciardo est reparti avec une roue mal fixée lors de son deuxième arrêt aux stands et a écopé d’une pénalité de dix secondes. Entre temps, un passage sur un vibreur a eu raison de son aileron avant et l’a forcé à repasser par les stands. Passé de la quatrième à la seizième place en l’espace de cinq tours, Daniel Ricciardo a fini par abandonner, probablement dans un souci d’économie de la mécanique. Une course à oublier malgré un bon rythme de course.

Esteban Gutierrez - 10/20

La Sauber étant ce qu’elle est, il est encore très tôt pour définir la responsabilité des pilotes dans ses performances. Une chose est sûre, l’écurie suisse et ses deux compétiteurs ont subi un week-end à oublier en Malaisie. Rien de bon à retenir pour Gutierrez, si ce n’est une nette domination sur son équipier pourtant expérimenté. Il faudra plusieurs courses pour voir si Sauber est capable de réagir et si ses pilotes seront à la hauteur du défi lorsqu’il faudra tout donner pour combler les performances manquantes en vue d’un bon résultat.

Adrian Sutil - 7/20

Tout comme pour Gutierrez, on a du mal à saisir la responsabilité de Sutil dans les mauvaises performances de la Sauber. Une chose est sûre, un pilote de son expérience ne devrait pas être écrasé comme il l’a été par Esteban Gutierrez tout au long du week-end. Après avoir échoué en Q1 hier, Sutil a disputé une course totalement anonyme, tout juste devant les Caterham et Marussia, avant d’abandonner sur panne mécanique. L’Allemand doit se ressaisir d’urgence.

Jean-Eric Vergne - 9/20

Il avait rappelé à son jeune équipier qu’il était le leader chez Toro Rosso il y a quinze jours en Australie et s’en est encore chargé hier en qualifications. Il a tout simplement évincé Kvyat de la Q3 et a donc pris une place dans la meilleure partie de la grille. Or, il a totalement raté son départ, au point de se retrouver derrière la Marussia de Jules Bianchi qu’il a percutée et envoyée s’écraser sur Pastor Maldonado. Une erreur de précipitation après un départ manqué, Vergne a sérieusement raté son début de Grand Prix. C’est Bianchi qui a écopé de la pénalité pour l’accrochage avec Maldonado mais le Français continue d’incriminer son compatriote de chez Toro Rosso. Vergne a finalement abandonné par la suite à cause du moteur Renault.

Jules Bianchi - Non noté

Difficile de noter un pilote qui n’a pas parcouru beaucoup de tours et qui s’est accroché durant ces tours. Bianchi peut tirer comme satisfaction de son déplacement en Malaisie d’avoir dominé Chilton en qualifications. La course fut brève mais parsemée d’embûches, puisqu’à l’accrochage s’ajoutent une pénalité de cinq secondes et deux points sur son permis.

Pastor Maldonado - Non noté

Tout comme Jules Bianchi, Pastor Maldonado n’a pas grand-chose à retenir de son week-end à Sepang. Une qualification ratée où il ne franchit pas la première partie, un accrochage indépendant de sa volonté l’ayant conduit à l’abandon après huit tours, le Vénézuélien doit maintenant penser à la prochaine course dans une semaine à Bahrein et garder un peu d’optimisme après avoir vu son équipier franchir la ligne d’arrivée près des points.

Sergio Perez - Non noté

Perez n’a pas pris part à la course à cause d’un souci logiciel qui a cloué sa Force India aux stands, mais on peut légitimement penser que ce n’est pas un mal pour le Mexicain. Battu par Hulkenberg avec près de deux secondes entre les Force India en qualifications, il aurait probablement subi une nouvelle course dans l’ombre de l’Allemand. La saison s’annonce très longue pour Perez qui n’est clairement pas au niveau de son principal rival. Il y a fort à parier qu’il s’est lancé dans la pire saison de sa jeune carrière.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less