Formule 1

Lauda : Nous aurions accepté une pénalité plus sévère

"Cette décision, je l’accepte comme étant juste et équilibrée"

Recherche

Par Olivier Ferret

23 juin 2013 - 17:21
Lauda : Nous aurions accepté une (...)

Niki Lauda, un des dirigeants et actionnaires de l’équipe Mercedes en F1, a admis qu’il était prêt à accueillir une pénalité plus importante que celle qui a été finalement donnée par le Tribunal International de la FIA suite à l’affaire des essais menés avec Pirelli. Rappelons que Lauda souhaitait un arrangement à l’amiable avant la tenue du procès, ce que Wolff et Brawn avaient refusé. A juste titre, avec le recul...

"Cette décision, je l’accepte comme étant juste et équilibrée. C’était un tribunal avec des juges et des avocats indépendants et neutres, qui est arrivé après huit heures d’interrogatoire à un jugement clair sur un sujet qui a été discuté pendant des semaines. Maintenant, c’est le retour à l’harmonie et à la paix en Formule 1. C’est et c’était pour moi la chose la plus importante en la matière," déclare aujourd’hui l’Autrichien.

"Nous sommes maintenant publiquement réprimandés et nous ne pouvons participer à un essai de trois jours dans quelques semaines. Je pense que cela est approprié. Nous aurions accepté une peine plus sévère et nous n’aurions pas fait appel. Des sanctions très sévères ont d’ailleurs été demandées par certains."

Pourquoi ne pas chercher à se défendre au cas où une peine plus sévère avait été appliquée ? Lauda ne semble pas avoir trop apprécié cet essai qui a été décidé par Ross Brawn.

"Je suis très attaché à ce sport depuis des décennies, et il était clair avant même que le Tribunal se réunisse que j’étais préoccupé par l’harmonie et le respect mutuel entre toutes les équipes et je continuerai à agir en ce sens. C’est un sport où la technologie joue un rôle très important et il y aura toujours des malentendus et de la place pour l’interprétation. C’est tout à fait normal et cela continuera."

Lauda confirme qu’il a tenté un arrangement à l’amiable mais pas par peur du verdict.

"Avoir peur ? C’est un non-sens et une hypothèse qui n’est pas exacte. J’ai seulement essayé avec toutes les parties impliquées dans l’affaire de trouver une solution. Encore une fois, je le répète, avec toutes les parties. Cette initiative était naturelle pour moi et c’est un de mes devoirs légitime à la tête de Mercedes Grand Prix. Je souhaitais une solution amiable sans aucune intention de cacher quoi que ce soit pour moi. Le jugement, qui est désormais rendu, démontre clairement qu’il n’y avait rien à cacher de notre côté et qu’une solution amiable aurait également été, objectivement, une bonne option."

Quel bilan Lauda tire-t-il de cette affaire ?

"La prise de conscience qu’il est important pour toutes les parties de savoir que nous sommes tous dans le même bateau. Que nous devons essayer de parler les uns aux autres. Que nous soyons ouverts et en harmonie avec les autres."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less