Formule 1

L’entraînement de Rosberg, sa recette pour devenir champion du monde

"Je n’ai jamais eu besoin de lui botter le cul"

Recherche

Par Elisabeth Nay

1er janvier 2017 - 17:06
L’entraînement de Rosberg, sa recette (...)

Pour triompher de son rival de toujours et réaliser le rêve de sa vie, Nico Rosberg a mis toutes les chances de son côté. En plus de s´être offert les services de Georg Nolte pour travailler son image, le pilote allemand a travaillé dur avec le physiothérapeute Daniel Schlösser, connu sous le nom de « Dan the Man » dans le paddock de la F1.

Schlösser révèle enfin la fameuse recette de Rosberg pour devenir champion du monde.

« Je n´ai jamais eu besoin de lui botter le cul (sic), en fait j´ai dû plutôt le freiner » dit le physiothérapeute au Bild.

« Dans tout ce que nous avons travaillé, il y avait toujours cette compétition présente. »

Schlösser a concocté un programme adapté aux besoins d´un pilote de Formule 1 et a pensé à tous les détails. Piloter en Formule 1 ne demande pas seulement d´être rapide, mais de pouvoir effectuer plusieurs tâches pendant le pilotage.

« Dans la voiture, Nico devait toujours retenir beaucoup de détails concernant les réglages et les paramètres. C´est pourquoi nous avons joué l´un contre l´autre au memory lors des entraînements de natation, afin d´entraîner la mémoire en même temps qu´une sollicitation physique. Après deux longueurs nous avions le droit de retourner deux cartes et ainsi de suite. »

« Nous avons combiné les mathématiques à la natation. J´ai réfléchi de cette manière : Nico doit nager sur deux longueurs de 25 mètres chacune. Avant qu´il ne commence à faire ces deux longueurs, je donnais un calcul à faire faire à Nico, par exemple, 17 fois 18. Au bout des 50 mètres, il fallait qu´il me donne une réponse. Malgré le fait qu´il devait calculer, Nico effectuait le parcours en bien moins de 2 minutes. Cependant nous avons parfois discuté juste après l´exercice, lorsque sa réponse était à côté de la bonne solution. Quelquefois, il ne voulait pas le reconnaître. »

L´entraîneur n´a pas oublié un seul détail pour maximiser le potentiel de Rosberg. Le poids des pilotes de F1 fait débat depuis quelques années. Schlösser révèle la dureté du régime et de l´entraînement de l´Allemand, pour parvenir à rogner un peu de temps supplémentaire.

« Un kilo en moins de poids dans la voiture, c´est environ 3 centièmes par tour. 1 kilo c´est à peu près le poids qu´ a perdu Nico pendant la pause estivale. »

Rappelons que Rosberg fait 67 kilos pour 1m78 et Lewis Hamilton 66 kilos pour 1m74. Un kilo en plus ou en moins a pu avoir une réelle importance dans les temps effectués par les pilotes.

« Les pilotes ont tous le même problème : il leur faut être léger, mais d´un autre côté, ils doivent avoir dans toutes les parties du corps une énorme force. Donc, il s´agit de perdre du poids sans perdre de puissance. Le seul endroit où nous avions de la marge de manœuvre, c´était les jambes. Nous avons modifié l´entraînement, et au lieu d´aller faire du vélo, nous sommes allés plus souvent courir. Nous avons conservé l´endurance, mais Nico a perdu du muscle au niveau des jambes, et donc aussi du poids. »

« Lors des courses très chaudes, Nico buvait déjà moins que d´habitude le samedi avant les qualifications – presque un litre de moins qu´auparavant. Il s´agissait là aussi d´économiser du poids. »

Schlösser a aussi veillé à s´occuper du mental du pilote et explique à quel point rester positif a été important dans la réussite de Rosberg.

« Je pense qui si on rassemble toutes les sessions effectuées ensemble, Nico était facilement en tête. Mais lorsque je fus quelques fois meilleur que lui, Nico était vraiment fâché. C´était aussi une sorte de compétition entre nous. Pour les dernières courses, nous avons laissé certains exercices de côté. S´il s´avérait que j´étais meilleur le vendredi, Nico laissait tomber la session de football le samedi ou le dimanche. Il ne voulait pas monter dans la voiture avec une expérience négative en tête. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less