Formule 1

L’avance d’Alonso n’impressionne pas Vettel

Tout reste possible... comme en 2010

Recherche

Par D. Thys

30 août 2012 - 21:27
L'avance d'Alonso n'impressionne pas (...)

Sebastian Vettel ne semble pas impressionné par son retard de 42 points sur Fernando Alonso à neuf manches de la fin de la saison et au moment d’aborder le Grand Prix de Belgique de cette fin de semaine.

“La course la plus importante, celle après laquelle il faut absolument mener le championnat est la dernière de la saison. Nous avons déjà eu cette expérience en 2010,” raconte Sebastian Vettel. “Si l’on compare cette saison avec une autre, c’est celle de 2010 qui y ressemble le plus. Cette année-là, j’avais fait de nombreuses erreurs en début de saison. L’équipe et moi avions perdu beaucoup de points, bien plus que cette année.”

“Cette année, il n’y a que deux courses où nous aurions dû logiquement marquer plus de points. La première est bien sûr celle de Valence et l’autre est probablement celle de Sepang, mais il s’agissait d’un incident de course. Je n’ai aucun regret à propos de ce qui est arrivé. Cela arrive parfois et cela arrive aussi à d’autres,” poursuit le double champion du monde.

Le fait que l’équipe Red Bull a ses deux pilotes dans la course au titre est-il pénalisant ? “Je ne sais pas. Si vous regardez le classement c’est l’impression que vous pouvez avoir, mais ce sera peut-être très différent d’ici cinq courses. L’équipe a dit que nous étions libres de nous battre l’un contre l’autre et c’est toujours ce que l’équipe m’a dit depuis que je roule avec Mark (Webber). Il n’y a donc rien de neuf.”

Sebastian Vettel est le dernier vainqueur en date du Grand Prix de Belgique. “C’est un circuit incroyablement rapide. J’ai fait le tour du circuit à pied ce matin. Nous avons commencé ce tour en partant de la ligne de départ et ensuite on s’est dirigé vers le virage de l’Eau Rouge et c’est assez incroyable lorsque vous levez les yeux vers ce virage. C’est un véritable parc d’attractions pour nous les pilotes. Ca monte, ça descend, et il y a des virages très difficiles. On roule sur différents circuits tout au long de l’année, mais lorsque vous arrivez ici, on se souvient subitement pourquoi les gens disent que c’est un circuit très spécial,” ajoute Sebastian Vettel.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less