Formule 1

Jarno Trulli : Lotus n’est pas vraiment prête

Mais l’équipe sera là

Recherche

Par Franck D.

28 février 2010 - 08:25
Jarno Trulli : Lotus n’est pas (...)

Jarno Trulli a bouclé ses essais hivernaux hier à Barcelone. Aujourd’hui il laisse le volant à Heikki Kovalainen. Le pilote italien est bien conscient des faiblesses de Lotus mais l’important c’est que l’équipe soit au rendez-vous du premier Grand Prix. Le pari est donc gagné.

"Je suis toujours aussi confiant, mais il aurait certainement été mieux d’avoir quelques semaines de préparation en plus pour toute l’équipe parce que, compte tenu du fait que nous sommes arrivés très tard et que la voiture était prête très tard aussi, nous ne pouvons pas dire que nous sommes prêts. Mais nous serons là, au rendez-vous. La voiture n’est clairement pas assez rapide. Nous avons tout un tas de nouvelles pièces qui arrivent et qui devraient rendre la voiture plus rapide mais pour les quatre premières courses nous devrons probablement faire avec ce qu’on a" commente Jarno.

Mike Gascoyne a fait le pari de la fiabilité plutôt que celui de la performance, du moins pour le début de l’aventure. Une solution qui est la plus logique pour Trulli. "Durant le développement, nous avons fait le choix de la fiabilité au détriment des performances et pour avoir un point de départ. Car si vous n’avez pas une voiture fiable, vous ne roulez pas et donc vous ne pouvez pas développer la voiture."

Après les essais hivernaux, il apparaît clairement que la T127 ne pourra pas jouer parmi les voitures du milieu de grille. Les objectifs sont donc très mesurés pour cette première année. "Ce serait déjà bien de marquer un point, mais ce ne sera certainement pas facile donc nous nous devons d’être réalistes. Vu où nous en sommes, presque quatre secondes plus lent... Mais au moins on tourne, nous pouvons engranger de l’expérience et des kilomètres afin de comprendre ce qui va et ce qui ne va pas. Nous savions d’avance qu’il y aurait beaucoup de choses à régler. Le problème est que nous ne pouvons pas nous précipiter, c’est impossible. Il faut que tout soit prêt pour Bahreïn, nous devons tout expédier là-bas et une fois de retour en Europe nous ferons probablement des progrès." conclut Trulli.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less