Formule 1

Hartley : J’ai un contrat pour l’année prochaine

Le Néo-Zélandais veut contre-attaquer

Recherche

Par Emmanuel Touzot

19 octobre 2018 - 11:42
Hartley : J'ai un contrat pour (...)

Brendon Hartley semble de plus en plus s’éloigner de la Formule 1 pour l’année prochaine. En effet, son baquet est désormais plus que convoité par Alexander Albon, qui a été libéré de ses engagements avec Nissan en Formule E lors des essais, laissant penser que le Thaïlandais va rejoindre Toro Rosso en 2019.

"Je suppose que je l’ai déjà dit auparavant, de mon point de vue, j’ai un contrat pour l’année prochaine et je préfère discuter du reste avec des personnes de Red Bull" lance un Hartley sûr de lui.

"De toute évidence, ma position dans l’équipe a déjà été remise en question après trois courses au début de la saison, ce qui est une position assez merdique pour moi."

"Mais j’ai l’impression d’être plus fort à cause de ça, et pour le reste, je ne sais pas. J’ai définitivement changé d’attitude, je suis devenu plus égoïste, je gère mon temps et je ne pense qu’aux points qui font bouger le chronomètre. Dans un monde idéal, j’aurais un soutien total d’un point de vue contractuel, afin de me concentrer sur mon travail, mais c’est la Formule 1, ce n’est pas toujours comme ça."

Le Néo-Zélandais regrette la pression qui lui a été imposée dès le début de saison, alors que des menaces de remplacement par Lando Norris avaient été lancées avant même le retour en Europe : "Comme je l’ai déjà dit, après trois courses dans la saison, quand on a signé un contrat à long terme, ce n’est pas vraiment une situation idéale pour un sportif de devoir répondre à des questions sur son avenir immédiat.

"Mais j’ai dû y faire face, et j’ai l’impression d’avoir bien géré la situation, et j’ai l’impression d’être très performant, même si je n’ai peut-être pas marqué autant de points que je l’aurais voulu. Il y a eu des moments où j’ai eu un peu de malchance. Toutes choses étant égales par ailleurs, j’ai montré que j’étais capable de faire le travail."

Il explique enfin envisager un possible retour en WEC, où il possède un palmarès garni, puisqu’il a été deux fois champion du monde et a remporté les 24 Heures du Mans en 2017 avec Porsche.

expand_less