Formule 1

Grosjean réfléchit à ne pas passer volontairement en Q3 à Sotchi

Pour ne pas partir en hypertendres

Recherche

Par Valentin Vilnius

22 septembre 2018 - 09:05
Grosjean réfléchit à ne pas passer (...)

Le Grand Prix de Singapour n’a pas vraiment réussi à Haas et Romain Grosjean, qui n’étaient pas dans une forme suffisante en qualifications et en course. L’écurie américaine a éprouvé des difficultés à faire chauffer notamment les hypertendres. Or, les pneus à Sotchi seront les mêmes qu’à Singapour. De quoi rendre le Français pessimiste ? Se sent-il mieux préparé pour la Russie ?

« Oui et non. Nous avions un bon rythme je pense, nous l’avons montré en qualifications. Nous avions un bon rythme sur chaque composé. Cela dit, le problème à Singapour était qu’en se qualifiant dans le top 10, il fallait partir en course avec les hypertendres, qui n’ont pas duré très longtemps par rapport aux ultratendres et aux tendres. Ma stratégie a donc été énormément compliquée. »

« A Sotchi, nous devrons voir la performance des hypertendres. C’est vraiment un bon pneu sur un tour, mais quelle est sa durée de vie ? Il faudra décider si nous voudrons passer en Q3 en qualifications, ou s’il faudra faire les choses différemment. Vous ne voulez pas vous qualifier dans le top 10 si cela vous enlève une chance de marquer des points en course. »

Heureusement, comme le confirme Romain Grosjean, le tracé de Sotchi, moins sinueux et plus rapide que celui de Singapour, devrait mieux convenir à la Haas…

« A Singapour nous nous étions qualifiés 8e, en étant presque les meilleurs des autres. La voiture marchait très bien, ce qui est très encourageant après un Grand Prix de Monaco difficile. Sotchi devrait être un bon circuit pour nous. La clef est de faire fonctionner les pneus et c’est quelque chose que nous n’avons pas très bien fait par le passé en Russie. Je suis sûr que cette année nous serons bien meilleurs. J’ai vraiment hâte de profiter de ce Grand Prix. »

Le Français explique ce qu’il aime à Sotchi.

« J’aime assez le virage 3, un virage à très haute vitesse, qui se passe à fond. Et ensuite vous arrivez juste sur le virage 4, à la sortie du virage 3, et vous devez donc freiner immédiatement. L’enchaînement des virages est assez sympathique, c’est une bonne piste pour le pilotage. »

« La partie la plus difficile du circuit est le freinage après la seconde ligne droite où vous pouvez utiliser le DRS. Vous freinez et vous ressentez les forces G. C’est un virage très tortueux et les pneus souffrent particulièrement ici. C’est là où il faut avoir une voiture vraiment bien équilibrée. »

Le temps commence à presser pour Haas : Renault a creusé son avance au classement des constructeurs et il ne reste plus beaucoup de courses…

« C’est très excitant, très intéressant » s’enthousiasme l’ancien pilote… Renault. « Beaucoup de choses peuvent arriver, c’est très ouvert. Ce sera serré jusqu’à la fin de la saison. C’est très amusant. Nous allons faire tout notre possible pour accrocher définitivement cette 4e place au classement des constructeurs. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less