Formule 1

Grosjean : Je suis dans une situation merdique

Le Français à deux points de la suspension pour une course

Recherche

Par Emmanuel Touzot

26 octobre 2018 - 10:09
Grosjean : Je suis dans une situation

Romain Grosjean va devoir faire attention ce weeek-end à Mexico. En effet, le Français a écopé de deux points de pénalité sur son permis à Austin, après un accrochage au premier tour, ce qui lui en fait 10 sur les 12 que sont la limite. Or, s’il en a encore deux ce week-end, il sera suspendu pour la course au Brésil.

Il ne récupérera un point que lundi, après la course mexicaine, un an jour pour jour après en avoir perdu un sur le même circuit, et en récupérera encore deux après le Brésil, ce qui le mettra ensuite dans une situation plus confortable pour Abu Dhabi. Mais d’ici là, le pilote Haas sait qu’il doit faire très attention.

"Oui, je suis dans une situation merdique" admet le Français. "Je n’ai plus que deux points, oui j’en aurai un après la course et deux autres après le Brésil, donc ça deviendra un peu mieux. Mais parfois, on prend un point de pénalité sans savoir pourquoi."

"Les drapeaux bleus à Singapour, pourquoi j’ai eu deux points et cinq secondes de pénalité ? D’accord, j’ai bloqué Lewis [Hamilton] et je me suis excusé, j’étais aussi en lutte. A ce moment-là, j’étais devant la Williams, qui n’a pas laissé passer l’autre voiture non plus, donc je ne pouvais pas me pousser immédiatement. Barcelone, j’ai deux points et trois places qui sont mérités, j’ai fait une erreur."

Il se plaint davantage de sa pénalité d’un point subie à Austin après avoir percuté Charles Leclerc au départ : "Je pense que je me suis assez pénalisé puisque ça a ruiné ma course. On peut revoir les choses cent fois. Il y a des pénalités que l’on mérite. Le système de points, en a-t-on besoin en F1, où sont supposément les meilleurs pilotes du monde ?"

"Regardez en Nascar. Les gars seraient suspendus trois fois par an. Je ne sais pas mais oui, nous faisons parfois des erreurs. Oui, c’était une erreur de ma part à Austin mais c’était au premier tour. A un moment, nous sommes ici pour faire la course, n’est-ce pas ?"

Ce qui agace le Français, c’est l’irrégularité des pénalités. Selon lui, deux pilotes n’écoperont pas de la même sanction pour le même acte, et il le note depuis l’an dernier, où il a été pénalisé pour des actes restés sans suite cette saison. Des pénalités qu’il a prises et qui le mettent dans cette situation aujourd’hui.

"L’an dernier au Brésil, avec [Esteban] Ocon au premier tour. Je prends deux points et cinq secondes, et regardez ce qu’il s’est passé entre [Lance] Stroll et [Brendon] Hartley cette année au Canada, aucune pénalité. Au premier tour au Paul Ricard avec Ocon, je vais tout droit et je ne tourne pas les roues. A Barcelone, je le méritais, mais à Singapour je n’ai rien changé, je faisais ma course."

"Ce sont six points dont on pourrait dire... enfin, c’est comme ça. J’accepte les pénalités. Je passe à autre chose et je suis prêt à piloter ici et à m’assurer que j’essaie au maximum d’en éviter de nouvelles. Je récupère un point la semaine prochaine, et pareil au Brésil."

Globalement, le Français se plaint d’une Formule 1 trop pénalisante : "Si vous ne ralentissez pas assez sous drapeau rouge, pénalité. Si vous allez trop vite dans les stands, pénalité. Il y a trop de pénalités et trop de règles. Tout doit rentrer dans une catégorie."

expand_less