Formule 1

Ferrari a retrouvé des couleurs en abandonnant des évolutions récentes

La course au développement a été le point faible de la Scuderia

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 octobre 2018 - 12:17
Ferrari a retrouvé des couleurs en (...)

Ferrari a semblé retrouver des couleurs en qualifications à Austin, avec les deuxième et troisième temps de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, à moins d’un dixième de Lewis Hamilton. L’Allemand regrette de ne pas avoir fait mieux que Hamilton mais n’aurait pas pu s’élancer de la pole avec sa pénalité.

"J’aurais aimé être un peu plus proche voire dans l’autre sens. J’étais satisfait de la voiture, elle était clairement meilleure que durant les semaines précédentes" se satisfait Vettel, qui revient sur la catastrophique journée de vendredi pour Ferrari, qui était loin du compte en essais libres.

"Je pense que nous avons nos problèmes. Une journée comme vendredi a montré, selon moi, que nous ne comprenons pas tout à fait ce qu’il se passe. Nous sommes revenus en arrière sur certaines pièces importantes et cela semble mieux comme ça, donc nous devons comprendre ce qu’il faut faire."

La Scuderia a introduit un nouveau fond plat au Texas, mais d’autres évolutions récentes ont été abandonnées, et cela a permis à Ferrari de mieux comprendre sa monoplace, et de revenir dans la course avec Mercedes. Vettel espère que cela pourra se traduire en course.

"C’est très serré. On aurait clairement pensé être en retrait après les dernières semaines, puisque Mercedes était bien plus rapide. Mais les qualifications nous ont donné de l’espoir et nous espérons pouvoir garder cet espoir en course."

Pour se battre pour la victoire, Vettel devra avant tout remonter puisqu’il s’élance depuis la cinquième place de la grille après une pénalité, dont il discute toujours l’application : "C’est ennuyeux. Avec les règles, il vaut peut être mieux écraser le frein pour rester dans les clous, plutôt que d’observer ce qu’il se passe autour. Mais les règles sont les mêmes pour tous, d’autres ont été touchés avant moi, maintenant c’est moi, cela fait partie du jeu."

expand_less