Déplacer les essais à Bahreïn aurait été un non-sens pour Haas et Steiner

En raison du coût et d’une logistique « brutale »

Par Alexandre Combralier

28 février 2018 - 17:42
Déplacer les essais à Bahreïn aurait (…)

Après une journée de mardi déjà plutôt limitée en roulage, les F1 ont été quasiment clouées dans leurs garages ce mercredi à Barcelone. Le coupable ? L’épisode météorologique « Moscou-Paris » qui glace l’Europe comme l’Espagne. Le circuit de Catalunya a été atteint par des chutes de neige le matin et par une pluie intense l’après-midi.

Pendant ce temps, à Bahreïn, le temps est ensoleillé et les températures sont supérieures à 23 degrés. De quoi raviver une ancienne polémique : pourquoi donc la F1 choisit-elle d’effectuer ces essais hivernaux à Barcelone et non à Sakhir, au risque de voir une journée entière partir en fumée, comme ce mercredi ?

Günther Steiner, directeur d’une écurie privée, Haas, explique la raison principale justifiant le refus de l’hypothèse Bahreïn : comme d’habitude en F1, il s’agit d’une question de réduction des coûts.

« Le coût est l’un des éléments qui entre en compte. Ce n’est pas facile… Mais il y a aussi la logistique. Par exemple pour nous, lors de notre première année en F1, en 2016, il a été un temps question d’aller à Bahreïn ou à Abu Dhabi. Nous aurions donné une réponse négative dans les deux cas parce que nous étions nouveaux en F1 et que nous avions besoin de transporter par avion du matériel. Vous n’avez pas idée du nombre de pièces et de matériels arrivant chaque jour pour la voiture. C’est brutal. »

« Depuis l’Angleterre ou l’Italie, l’on installe des pièces dans un camion et après huit heures de route, les pièces arrivent à Barcelone. Vous avez des personnes qui arrivent et qui repartent chaque jour. »

« Si les essais avaient eu lieu à Bahreïn, il aurait fallu s’y préparer. C’est la même chose pour tout le monde. Mais ce qui arriverait aussi, c’est que certaines équipes auraient des jets qui feraient l’aller-retour chaque nuit. »

Günther Steiner explique ainsi que déplacer les essais hivernaux à Bahreïn ne ferait pas qu’alourdir la facture pour les petites structures ; ce choix aurait aussi pour conséquence de creuser encore les écarts et les inégalités entre les écuries d’usine (plus riches) et les écuries privées.

L’autre hypothèse pour réduire la casse en cette première semaine d’essais hivernaux, était de rajouter un jour supplémentaire d’essais, le vendredi. Cependant deux écuries, dont Williams qui a déjà réservé le circuit pour une journée de tournage promotionnel vendredi, se sont opposées à cette proposition.

« Quelques personnes ont essayé de faire quelque chose, mais il y a toujours eu quelqu’un pour dire ‘Non’ » regrette Günther Steiner. « Pouvez-vous imaginer que deux écuries puissent jamais se mettre d’accord sur quelque chose ? Alors, 10 ? Tant pis. »

« Il faut l’unanimité, car il faudrait changer quelque chose dans le règlement sportif. Nous ne pouvons pas simplement dire ‘il faut changer quelque chose’. Je pense que la FIA pourrait le faire, mais il faut le lui demander. Mais si nous ne pouvons arriver à un accord entre nous [les équipes], alors, cela ne sert à rien de solliciter la FIA. »

Recherche

Info Formule 1

Photos

Vidéos