Formule 1

Briatore défend toujours la limitation des coûts

Plus d’argent ne signifie pas plus de spectacle

Recherche

Par D. Thys

28 avril 2013 - 17:08
Briatore défend toujours la limitation

Flavio Briatore, ex-directeur de l’équipe Benetton et puis de Renault, a toujours été un grand défenseur des limitations des coûts en F1. Il n’est plus en F1, mais il continue à penser la même chose.

“Bien sûr que je suis pour une limitation des coûts,” confirme l’Italien. “Pour quelle raison est-ce impossible de mettre ça en place ? Les grandes équipes disposent de budgets invraisemblables, on dit qu’elles ont jusqu’à 170 personnes qui travaillent dans le département de l’aérodynamique. Ce n’est pas le championnat du monde des pilotes, mais celui des souffleries. Bien sûr les rentrées d’argent de ces équipes sont très importantes et au plus vous avez d’argent au plus vous dépensez. Le pire mot dans un paddock de F1 est budget. Lorsque vous dites aux gens que votre budget est de 10, il est dépensé le lendemain.”

“La FOTA (association des équipes de F1) avait mis une certaine discipline dans l’utilisation des souffleries. Si vous passez 50 ou 300 heures dans la soufflerie, il n’y a aucune différence à la condition que cette limite est imposée à tout le monde. On peut économiser beaucoup d’argent là. Personne en F1 ne pense aux spectateurs, personne ne pense aux gens qui suivent la F1 à la télévision.”

Lorsque Flavio Briatore est arrivé en F1, il avait été surpris de voir que certaines équipes construisaient des voitures spécialement adaptées aux qualifications. “C’était complètement fou. Lorsque je suis arrivé en F1, je venais du monde des affaires et j’avais donc un regard différent sur la F1. Les équipes construisaient des monoplaces pour la qualification, mais il n’y avait aucun avantage en performance puisque tout le monde le faisait. A quoi cela pouvait donc servir ? Ensuite, lorsque nous avons instauré le parc fermé, tout le monde s’est dit que cela leur enlevait un avantage, mais c’était fantastique pour les mécaniciens.”

Faut-il que d’autres grands constructeurs se lancent en F1 ? “Oui, mais seulement si on limite les coûts en F1. Selon moi, une grande équipe ne devrait pas dépenser plus que 120 ou 150 millions d’euros par an. Le spectacle s’est amélioré en F1, les courses sont plus spectaculaires et divertissantes. Il y a donc de bonnes chances pour que de grands constructeurs arrivent à la condition que ce soit rentable, comme lorsque Benetton avait racheté Toleman pour se lancer. Pour quelle raison certains dépensent 60 à 70 millions pour finir toujours à la dernière place ? Vous faites ce genre de choses seulement lorsque vous êtes complètement fou. Lorsque vous n’avez aucune chance de gagner ou que votre équipe devienne l’une des meilleures, la seule certitude que vous avez, c’est de toujours avoir les pires pilotes,” ajoute l’Italien.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less