Formule 1

Brawn veut changer les choses sans conflit et sans bouleversement

Un programme bien étudié à venir

Recherche

Par Olivier Ferret

28 mars 2017 - 14:17
Brawn veut changer les choses sans (...)

Ross Brawn est revenu sur son programme pour la Formule 1, ses premières idées en tant que manager du sport.

Le Britannique souhaite redorer le blason du sport et faire progresser le spectacle mais ne compte pas non plus froisser les fans les plus fidèles, ceux qui ont toujours cru en ce sport par passion.

"Nous ne souhaitons pas tout bouleverser de manière définitive. Le système fonctionne bien. Nous sommes un sport de tradition. Il faut le respecter et le préserver, ne pas se précipiter même si nous devons aller vite," explique-t-il au quotidien L’Equipe.

"Il faut, autour d’un groupe de réflexion, trouver ce qui permettrait d’améliorer un Grand Prix. Et, comme je suis un ingénieur, j’aime bien tester les choses avant de les mettre en place."

C’est pourquoi Brawn avait proposer de tester des choses sur des week-ends de course, hors championnat.

La présence de la Formule 1 sur les réseaux sociaux s’est nettement accentuée depuis les essais de Barcelone. Pour le plus grand plaisir des passionnés de F1. Cela s’est poursuivi à Melbourne, avec certaines restrictions toutefois : hors de question de filmer les F1 en piste cette fois.

"L’idée est de permettre aux fans de vivre le plus possible la course. Cela a commencé avec la possibilité pour les pilotes comme pour les équipes de pouvoir, grâce aux réseaux sociaux, faire vivre de l’intérieur. Mais nous ne voulons pas en rester là. Le fan doit pouvoir, d’où qu’il soit, sur le circuit ou chez lui, se sentir proche des voitures."

Difficile de juger le spectacle donné par la Formule 1 à Melbourne, un circuit urbain qui n’a jamais été propice aux dépassements. Nous devrions avoir une meilleure idée de ce que sont les Formule 1 de 2017 en Chine, dans deux semaines.

"Si les courses ne se déroulent pas d’une manière satisfaisante, comptez sur nous pour que nous modifiions, en accord avec la FIA, la donne," lance Brawn. "Ce règlement a été mis en place parce que les précédents dirigeants pensaient que, pour satisfaire les passionnés, il fallait rendre les voitures les plus rapides possibles. Personnellement, je pense que le spectateur préférera toujours voir plus de batailles et de dépassements qu’une course ennuyeuse mais très rapide."

"Bien sûr, la F1 doit rester ce qu’il se fait de mieux. Si vous venez en piste, vous devez en avoir le souffle coupé. Mais à la télé, rendre cette sensation est difficile. Et les voitures possèdent un châssis très complexe en termes d’aérodynamique. Tous ces appendices créent des perturbations autour de la carrosserie et des turbulences importantes pour les voitures qui les suivent. Il faut que nous trouvions une manière de régler le problème, une solution qui permette aux pilotes d’être proches les uns des autres afin de se trouver le plus souvent possible en situation d’attaque. C’est notre ambition."

Jean Todt a répété à Melbourne que c’est bien la FIA qui édictait les règlements. Brawn en a conscience et il souhaite "changer les choses sans conflit".

"Nous ne sommes plus à l’époque où votre président français de la FISA, Jean-Marie Balestre, changeait les règles, en solitaire, dans la journée. Nous ne pouvons, en rien, imposer nos vues aux équipes. Il existe une gouvernance dans notre sport, des contrats jusqu’en 2020. Avant cette date, il nous faut l’accord des écuries. Mais l’ambition est de changer les choses avant cette date. Sans avoir le chaos ou des conflits."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less