Formule 1

Bottas, ‘le seul point faible de Mercedes cette année’ selon Brawn

Seulement 5e du championnat pilotes

Recherche

Par Valentin Vilnius

29 novembre 2018 - 17:27

Pour la cinquième année consécutive, Mercedes a remporté les deux titres mondiaux en F1 – une performance que seule la Scuderia Ferrari a réussie sous l’ère Jean Todt – Michael Schumacher.

Au classement des pilotes, un net contraste existe cependant entre Lewis Hamilton, qui a battu le record historique de points en une saison, et Valtteri Bottas, seulement 5e du championnat, derrière Kimi Räikkönen et Max Verstappen. Le Finlandais, performant mais peu verni en début d’année, a enchaîné les 5e places décevantes en cette fin de saison, loin du rythme de son coéquipier.

Selon Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media, la performance de Valtteri Bottas a ainsi été « le seul petit point faible » de Mercedes cette année, « si tant est qu’il puisse y avoir un point faible à une saison pareille. »

« Valtteri Bottas a connu une saison difficile, gangrenée par la malchance. Il a eu quelques opportunités de gagner, mais en raison soit de la malchance, comme à Bakou, soit de décisions occasionnelles et compréhensibles prises par l’équipe pour maximiser le résultat aux deux championnats, il n’y est pas parvenu. »

« Le résultat, c’est qu’il n’a pas paru dans son assiette à la fin de la campagne. »

Au-delà du cas Valtteri Bottas, dont le moral apparaît à reconstruire, Mercedes a superbement géré cette deuxième moitié de saison, alors que la concurrence de Ferrari se faisait de plus en plus vive.

« Quand vous gagnez autant et pendant si longtemps, il est très facile de tomber dans le piège de l’auto-satisfaction » remarque Ross Brawn. « C’est presqu’inévitable. Mais vous pouvez l’éviter en élevant constamment votre niveau de jeu. Seule Ferrari, durant l’ère Michael Schumacher, a gagné plus de cinq titres d’affilée et j’ai eu l’honneur d’être le directeur technique de cette équipe quand nous avons gagné le sixième titre d’affilée. »

« Chaque année, je m’en rappelle, nous avions conscience que pour la saison suivante, il nous faudrait repartir de zéro. Nous savions que le simple fait d’avoir été solide par le passé, n’avait pas pour conséquence automatique un avantage en dixièmes ou en secondes. Parce qu’en F1, vous ne pouvez jamais vous arrêter. »

« C’est ce qu’a pu réussir l’équipe emmenée par Toto Wolff – éviter la panique quand elle a réalisé que ce qu’elle faisait n’était pas assez parfait pour battre Ferrari, et qu’il faudrait réaliser un effort supplémentaire par rapport à ce qui avait été initialement envisagé. »

Mercedes

expand_less