Formule 1

Arrivabene dédramatise l’affaire du deuxième capteur posé sur la Ferrari

Et s’inquiète de voir cette information rendue publique

Recherche

Par A. Combralier

5 octobre 2018 - 12:18
Arrivabene dédramatise l'affaire du (...)

Comment expliquer la chute de performance relative de Ferrari depuis Singapour ? Une explication possible a fuité dans le presse à ce sujet : la FIA a décidé d’installer un deuxième capteur pour surveiller de plus près la légalité du système hybride du bloc italien… Depuis, Ferrari semble avoir décroché en puissance par rapport à Mercedes – qui a aussi progressé il est vrai.

Maurizio Arrivabene a confirmé à Suzuka que son équipe avait dû installer un deuxième capteur … mais il s’est alarmé de voir cette information être divulguée au grand public.

« Notre système de batterie est assez complexe. Nous avons trouvé un accord avec la FIA pour travailler ensemble et pour faciliter leur travail nous avons ajouté un deuxième capteur. Mais cela ne change pas du tout la performance de notre voiture. »

« Malgré tout, c’est étrange que tout le monde soit au courant au sujet du deuxième capteur. J’ai dit que notre système ERS est assez complexe, mais c’est aussi la propriété intellectuelle de Ferrari. »

« Tout le monde est au courant au sujet du deuxième capteur, mais j’espère que ça ne veut pas dire que tout le monde sera informé dans le futur de nos projets. Ce pourrait être une affaire sérieuse… »

Droit dans ses bottes, Maurizio Arrivabene a refusé de dire que ce fameux deuxième capteur explique le recul de Ferrari par rapport à Mercedes ces dernières semaines.

« Pas du tout. Et nous avons des données pour le confirmer. En lignes droites, nous étions absolument devant à Singapour. En Russie nous étions plus ou moins au niveau de Mercedes. Nous perdions dans les virages plus lents. »

« Le deuxième capteur n’a rien à voir avec la vitesse en lignes droites. »

Sebastian Vettel, hier, confirmait les propos de son directeur d’écurie…

« Je ne pense pas, non… Nous roulions à pleine puissance. Bien sûr à Sotchi nous n’étions pas compétitifs. Mais je pense que nous avons perdu plus de temps dans les virages que dans les lignes droites. »

expand_less