Formule 1

Après Monaco : récap et conclusions

La guerre est déclarée

Recherche

Par Olivier Ferret

28 mai 2014 - 21:04
Après Monaco : récap et conclusions

La guerre chez Mercedes

Le Grand Prix s’est achevé sur un climat de méfiance et une écurie Mercedes-AMG en guerre civile. Les rivaux de Mercedes se prennent le bec sur fond de victoires mal acquises. Une réconciliation semble difficilement envisageable, bien que les dirigeants de l’écurie allemande s’affichent confiants quant à la suite des événements.

L’explosion du conflit en a surpris plus d’un, qui ont vu pendant très longtemps les pilotes entretenir des relations cordiales. L’issue était pourtant inévitable, les pilotes de F1 sont réputés pour être des compétiteurs avant tout, et les enjeux rendent la concurrence palpable. Au sein du monde de la F1, et dans un combat pour le titre de champion du monde, la rivalité semble être la seule attitude possible.

Le tout droit de Rosberg dans le virage Mirabeau, qui a provoqué la sortie du drapeau jaune en fin de qualification samedi, a scellé l’issue de la course, en permettant au compétiteur allemand de conserver sa pole position menacée par Hamilton durant son dernier tour lancé.
Rosberg est le seul à savoir si cette erreur était ou non une faute délibérée, mais ce que l’on peut affirmer est qu’une faute comme celle qu’il a commise n’aurait pas dû être immédiatement tournée à son avantage, comme cela a été le cas ici. Hamilton a d’ailleurs réagi en ce sens, en refusant de laisser à son concurrent le bénéfice du doute.

Mise à l’épreuve du Grand prix

Depuis toujours, Monte Carlo attire, entre ses circuits et ses casinos, des challengers prêts à tester leurs capacités, leur courage et leur concentration. Un mois avant le Grand Prix s’y déroulait l’European Poker Tour Grand Final, événement phare de Pokerstars, qui équivaut dans le monde du poker à ce que le Grand Prix de Monte Carlo est à la Formule 1. À une différence près : l’issue des tournois de poker demeure au fil des années tout aussi imprévisible, et le champion n’est jamais celui que l’on attend. À Monaco par contre, même si la course continue d’être saluée comme l’épreuve suprême parmi tous les championnats de F1, les probabilités tendent à ôter le plaisir du spectacle, quand on sait que sur les onze dernières années, tous les pilotes - sauf un - ayant commencé en pole position sont les mêmes qui sont arrivés vainqueurs. La difficulté de doubler un véhicule laisse peu de chance de défaite pour le pilote lancé en tête et comme le montre "l’erreur" de Rosberg, Monaco commencerait presque à échouer à son propre test.

Test réussi pour Marussia

Marussia par contre sort la tête haute du Grand Prix, après avoir remporté les premiers points de son histoire. L’obtention de la 9ème place par Jules Bianchi constitue une première victoire pour l’équipe russo-britannique, d’autant que la course été tendue dans le stand avec une pénalité de cinq secondes après la conclusion de l’épreuve. La victoire n’est par conséquent pas éclatante mais l’objectif des points a été atteint. La performance de l’équipe lors des tests à Barcelone a témoigné de gros progrès et suggère un avenir meilleur pour Marussia dont le directeur Graeme Lowdon affirme vouloir poursuivre les efforts toute la saison.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less