Formule 1

Andretti : Vettel est l’homme de la situation chez Ferrari

Il a quelques doutes sur l’arrivée de Leclerc

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 janvier 2019 - 16:16
Andretti : Vettel est l'homme de la (...)

Mario Andretti suit de près les décisions prises pour l’avenir de Ferrari et pense que Sebastian Vettel, qui a lutté pour le titre ces deux dernières saisons, est le pilote qu’il faut à Ferrari pour cette tâche si compliquée, et autour de laquelle il y a énormément de pression. En revanche, il a des doutes sur le recrutement d’un pilote aussi jeune que Charles Leclerc.

"C’est l’homme de la situation pour Ferrari" assure Andretti. "Je me souviens qu’au cours de sa première année chez Red Bull, je lui ai demandé quelles étaient ses ambitions pour l’avenir et il m’a répondu immédiatement qu’il voulait rouler pour Ferrari !"

"C’est le bon pilote pour ce travail. Je pense qu’il est difficile de dire qui entre [Lewis] Hamilton et Vettel est meilleur parce qu’ils conduisent des voitures différentes, mais ils sont tous les deux de bons gars. Le duo Leclerc - Vettel semble correct, l’alternative aurait été de continuer avec Kimi [Räikkönen] car lui et Sebastian s’entendaient très bien. Mais nous verrons bien."

"Leclerc semble être très bon et être jeune signifie qu’il a un bel avenir devant lui. C’était l’idée de [Sergio] Marchionne de le promouvoir, mais je ne sais pas si c’est le bon moment pour Leclerc. Avec deux pilotes dans une équipe, il doit y avoir un numéro un et un numéro deux, avoir deux numéros un ne fonctionne jamais."

Il n’est pas étonné de voir encore un directeur sportif quitter Ferrari : "Cela ne m’étonne pas car ça a toujours été la politique là-bas, s’ils ne gagnent pas, quelqu’un doit partir. Nous avons vu ce qui est arrivé à Stefano Domenicali qui était pourtant bon. Le directeur d’équipe est toujours en faute."

Mais la pression est certainement trop grande autour de l’équipe : "Ferrari doit toujours être au sommet car cela donne de l’intérêt. Personne ne travaille plus dur que Ferrari, car on y respire et on y vit pour la Formule 1."

Ferrari

expand_less