Formule 1

Alonso après la F1 : 2019, Triple Couronne en vue ?

C’est son objectif ultime

Recherche

Par Emmanuel Touzot

26 janvier 2019 - 17:55

Avant même d’en avoir fini avec la Formule 1, l’attrait de Fernando Alonso pour d’autres disciplines a été clairement perceptible. Conscient que ses espoirs de bien figurer étaient vraiment réduits à néant avec les énormes erreurs commises par McLaren à l’intersaison 2016-17, il a alors insisté auprès de McLaren pour aller disputer l’Indy 500 cette année-là.

Consciente, quant à elle, qu’elle avait besoin de satisfaire son pilote pour le garder, l’équipe anglaise a autorisé Alonso à manquer le Grand Prix de Monaco, où il fut remplacé par Jenson Button, pour aller disputer les 500 miles d’Indianapolis (photo), avec un programme monté par McLaren et soutenu par Andretti Autosport et Honda.

Impressionnant dès les essais, Alonso se qualifiait cinquième et s’adaptait rapidement à l’environnement, aussi bien du circuit que de la course en peloton serré, et disputait la tête de course aux réguliers de l’IndyCar. Son moteur rendait l’âme alors qu’il était un sérieux candidat à la victoire.

Frustré mais heureux de s’être prouvé qu’il était au niveau, il jurait qu’il reviendrait disputer la classique américaine plus tard. Finalement, il décidait de s’engager pour la supersaison de WEC avec Toyota, afin de disputer le championnat du monde d’endurance, mais surtout de viser la Triple Couronne.

Composé du Grand Prix de Monaco, des 24 Heures du Mans et des 500 Miles d’Indianapolis, ce trophée officieux n’a été à ce jour remporté que par Graham Hill. Alonso allait donc au Mans avec l’espoir d’installer une deuxième pierre sur les trois nécessaires à cet acomplissement.

Vainqueur des 6 Heures de Spa-Francorchamps en mai, son équipage composé également de Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima s’imposait aux 24 Heures du Mans (photo ci-dessous) après une course parfaitement maîtrisée face à l’autre Toyota. Pour le reste, la concurrence des prototypes LMP1 non hybrides était inexistantes et le troisième terminait à 13 tours de l’équipage vainqueur.

Alonso est pour le moment en tête du championnat du monde et pourrait donc ajouter un titre mondial en endurance à son palmarès ainsi qu’une deuxième victoire au Mans, puisque la supersaison se conclura cette année à l’occasion du double tour d’horloge.

Mais surtout, Alonso vise de nouveau la victoire aux 500 Miles d’Indianapolis, qu’il va cette fois disputer uniquement avec McLaren, et avec Chevrolet comme motoriste. En effet, l’équipe anglaise va se lancer à la conquête de l’Indy 500 avec Alonso, et il semble pour l’instant que l’Espagnol ne fasse pas de plans sur la suite de sa carrière tant qu’il ne sait pas s’il a enfin la Triple Couronne ou non.

On peut alors penser qu’il tournera tous ses efforts vers l’IndyCar en 2020 s’il échoue, tandis qu’il pourrait plutôt aller vers un réengagement en WEC, ou au Dakar, puisqu’il va tester le Toyota Hilux de Nasser Al-Attiyah dans les prochains mois, s’il est débarrassé de cet objectif principal. Rendez-vous en mai, donc, pour savoir cette suite de carrière qui s’annonce intense !

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less