Abiteboul : Renault F1 est bien proche d’une décision

Mais nous ne devrions pas la connaitre avant la rentrée

Recherche

Par Olivier Ferret

30 juillet 2015 - 08:28
Abiteboul : Renault F1 est bien (...)

Bernie Ecclestone a révélé cette semaine que Renault était proche de prendre sa décision concernant son engagement futur en Formule 1. L’idée d’un retrait total semble écartée, mais n’est toujours pas à exclure si le rachat d’une équipe venait à capoter.

Alors que le grand argentier annonçait une décision imminente, cette semaine, Cyril Abiteboul temporise. Il a rencontré Carlos Ghosn mardi à Paris, en compagnie d’Alain Prost pour présenter les options de Renault en F1 et notamment la meilleure d’entre elles, le rachat de Lotus.

"Rien n’est encore fait mais nous sommes proches de la conclusion et d’une décision," affirme le Français à ESPN. "Nous sommes bien plus clairs dans nos têtes sur nos motivations à rester en F1, la valeur du sport et le budget nécessaire à y allouer. Nous connaissons aussi les conditions maintenant pour être compétitifs, ce que nous voulons ou ce que nous voulons pas. En interne c’est bien plus clair mais rien n’a encore été exprimé."

Selon Abiteboul il ne faut pas s’attendre à une annonce dans les jours à venir.

"Nous aurons des nouvelles lors de la deuxième moitié de l’année sur ce que nous voulons faire après 2016. Nos plans sont maintenant figés pour 2016, nous avons des contrats avec Red Bull et Toro Rosso. Nous avançons en fonction de cela sur le moteur 2016."

Quant à savoir si c’est bien Lotus qui est l’option n°1, Abiteboul ne le confirme pas. Les déboires financiers (et les dettes) semblent refroidir l’enthousiasme.

"Nous avons été en discussions avec plusieurs équipes, ce n’est pas un secret. Il y a eu beaucoup de spéculations. Un jour c’était Lotus, l’autre jour Sauber, encore un autre Toro Rosso. Il y en a eu d’autres et il y en aura d’autres. Lotus est une partie de nos options et nous devons être très prudents parce que l’équipe souffre sur le plan financier. Et quand une équipe souffre, il y a ce que vous voyez et tout ce que vous ne voyez pas, comme un iceberg."

Si Renault revient en F1 en tant que constructeur, la marque souhaite y mettre les moyens. Elle compte sur l’argent de la FOM (une prime annuelle) mais pas seulement.

"Si nous sommes en F1 c’est pour réussir, pas pour participer. Nous ne voulons pas faire le nombre sur la grille de départ, cela ne nous intéresse pas. La seule façon d’aller de l’avant c’est d’être un top team. Et pour faire cela nous savons quel est le budget nécessaire et où le trouver."

"Une part pourrait venir de la FOM mais beaucoup doit venir de Renault directement, des sponsors et d’investisseurs. Un par un nous passons en revue les contrats mais nous ne basons pas notre décision sur une seule personne, Bernie Ecclestone."

Info Formule 1

Photos

Vidéos