Formule 1

5 raisons pour lesquelles Mercedes pourrait envisager de redevenir simple motoriste

Des raisons liées à la F1 et au groupe Daimler

Recherche

Par A. Combralier

6 octobre 2019 - 12:43
5 raisons pour lesquelles Mercedes (...)

L’avenir de Mercedes AMG s’inscrit-il dans le long terme en Formule 1 ? Une telle question aurait pu sembler inconcevable il y a encore quelques saisons ; elle n’est plus désormais farfelue.

Il importe tout d’abord de rappeler que l’activité de Mercedes, en F1, est scindée en deux activités bien distinctes : l’usine châssis est basée à Brixworth, tandis que l’usine moteur est localisée à Brackley.

Interrogé sur l’inscription sur le long terme de l’équipe d’usine, Toto Wolff est resté ainsi mystérieusement évasif, en dissociant l’avenir de l’activité écurie de F1 de l’activité moteur : « L’un n’est pas lié à l’autre. Nous devons voir comment va se développer la F1 avec ces nouveaux règlements. Le sport est à un tournant crucial. Mais fournir des équipes clients et faire fonctionner une équipe d’usine, ce sont deux choses distinctes. »

Mais alors que Mercedes continue de dominer les deux championnats, pourquoi diable une telle restructuration des forces – se concentrer sur la seule usine moteur – aurait gagné en crédibilité ces derniers temps ? En réalité, cinq motivations d’ordre différent peuvent expliquer les valses-hésitations de Toto Wolff…

Tout d’abord – et ce point est ainsi directement évoqué par le patron de l’équipe – le règlement 2021 interroge fortement. L’avantage compétitif des écuries de pointe pourrait nettement se réduire avec l’introduction des budgets plafonnés. De plus – et sans doute surtout – la crainte d’une F1 « monotype », trop standardisée, hérisse tout particulièrement les grands constructeurs pour qui, justement, la F1 doit être la vitrine technologique du savoir-faire d’une marque mondiale. Quel serait l’intérêt marketing de construire une F1 trop proche d’une Williams, en raison d’un règlement trop restrictif ? Pour les mêmes motifs, Ferrari avait publiquement menacé de quitter la F1… C’est sans doute ce chantage qui a conduit la FIA à proposer que la standardisation soit remplacée par des pièces disponibles en open-source. Mais si le règlement aérodynamique 2021 demeure trop restrictif dans l’esprit, que fera Mercedes ?

Le deuxième motif pour lequel Mercedes pourrait interroger le maintien d’une équipe d’usine, est la conclusion d’un récent accord de fourniture moteur avec McLaren. Renouer avec Woking rappelle évidemment les grandes heures de l’association McLaren-Mercedes, du temps de Mika Hakkinen. Le retour de McLaren dans le giron Mercedes ouvre une porte de sortie acceptable pour Mercedes : la marque pourrait reformer une alliance très étroite avec Woking, sans trop de dommages marketing. En effet, dans l’esprit du grand public, le nom « Mercedes » demeure largement associé à celui de « McLaren », au point que les néophytes confondaient souvent les deux écuries lorsque Mercedes était revenue comme équipe d’usine. Ainsi, à moindres frais, il serait possible de continuer à inscrire la marque « Mercedes » dans le paddock.

La troisième raison tient à l’avenir même de Lewis Hamilton. Le Britannique, désormais âgé de 34 ans, arrivera en fin de contrat à l’issue de la saison prochaine. Il a certes réaffirmé son désir de poursuivre l’aventure en F1. Mais le règlement 2021 saura-t-il le séduire ? A 36 ans, Lewis Hamilton demeurera-t-il au sommet de sa forme ? Ne sera-t-il pas trop lassé de l’aventure F1, au point de vouloir découvrir d’autres disciplines ? C’est bien ce qu’a récemment souligné Toto Wolff, en rappelant que Lewis Hamilton pourrait être très attiré par un engagement en Formule E. « Lewis suit beaucoup de sports mécaniques et nous avons déjà évoqué avec lui la Formule E. C’était en Chine cette année, nous avions tous les deux du mal à dormir lors du Grand Prix à Shanghai et il y a eu la FE à la TV. Nous l’avons regardé ensemble et nous avons alors échangé quelques idées et opinions à ce sujet. Lewis est un pilote très éclectique, il aime aussi la moto, il a un œil sur beaucoup de sports. Et si la popularité de la Formule E croit vraiment, alors je pense qu’il serait vraiment ouvert à participer un jour »

C’est justement l’arrivée de Mercedes en Formule E qui constitue la quatrième raison pour laquelle Mercedes pourrait revoir son engagement en F1. Le basculement du programme F1 sur le programme FE serait une porte de sortie acceptable et naturelle pour le grand constructeur allemand qui doit, comme les autres grandes manufacturiers, préparer la transition électrique du marché automobile. En 2020, un line-up ambitieux, constitué de Nyck de Vries et Stoffel Vandoorne constituera l’équipe Mercedes. Alors que la discipline ne cesse de gagner en audience et en popularité, il sera sans doute tentant de sacrifier la « vieille F1 » pour la Formule E, si l’on se place un instant dans l’esprit des décideurs du groupe Daimler, la maison-mère…

Justement, la dernière raison qui pourrait précipiter le départ de Mercedes est liée à la situation financière délicate du groupe. En juillet dernier, Daimer a annoncé au deuxième trimestre une perte d’exploitation de 1,56 milliard d’euros, en raison notamment du coût de remplacement d’airbags de Takata, et des retombées du « Dieselgate » qui l’ont aussi affecté. Depuis un an, l’action Mercedes a même perdu près de 15 % et l’entreprise a déjà reçu deux "profit warnings", c’est-à-dire des avertissements sur ses résultats. Ola Källenius, le grand patron, a dès lors dû annoncer un programme de réduction de coûts, tout en précisant que Mercedes allait « examiner son portefeuille de produits ». La division poids lourds a été un temps menacée de scission. Le programme d’équipe d’usine F1 fera-t-il aussi partie de ce plan d’austérité ? Ce ne doit pas être écarté. En effet, c’est davantage avec le business moteur que Mercedes génère de l’argent en F1 ; et pour toutes les raisons précédemment évoquées, arrêter le programme d’équipe d’usine, pour se concentrer sur celui de fournisseur moteur, paraîtrait moins dommageable qu’à première vue.

En définitive, l’avenir de Mercedes comme équipe d’usine à part entière n’est plus autant assuré que par le passé. Si, à l’heure actuelle, un retrait n’est pas prévu à court terme, ce faisceau de raisons et de motivations doit tout de même faire partie de la réflexion stratégique du groupe à moyen terme. Nul doute que l’issue des négociations pour le règlement 2021, dans les prochains mois, livrera d’autres indications sur le futur de l’équipe…

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less